BFMTV

Forte hausse de popularité de DSK à droite

Selon le baromètre Ipsos de l'action politique, Dominique Strauss-Kahn est en forte hausse de popularité auprès de l'électorat de l'UMP après son passage sur France 2, au cours duquel il a adopté sur les retraites une position différente de celle du Parti

Selon le baromètre Ipsos de l'action politique, Dominique Strauss-Kahn est en forte hausse de popularité auprès de l'électorat de l'UMP après son passage sur France 2, au cours duquel il a adopté sur les retraites une position différente de celle du Parti - -

Dominique Strauss-Kahn est en forte hausse de popularité auprès de l'électorat de l'UMP après son passage sur France 2, au cours duquel il...

PARIS (Reuters) - Dominique Strauss-Kahn est en forte hausse de popularité auprès de l'électorat de l'UMP après son passage sur France 2, au cours duquel il a adopté sur les retraites une position différente de celle du Parti socialiste.

Dans le baromètre Ipsos de l'action politique, paru mardi, le directeur général du Fonds monétaire international (FMI) gagne trois points à 58% d'opinions favorables.

Il est en hausse de 14 points auprès des sympathisants de l'UMP, qui en font leur troisième leader politique préféré, à 76%, et en baisse de trois points, à 66%, chez les sympathisants du PS, qui le placent également en troisième place.

Dominique Strauss-Kahn, interrogé jeudi dernier lors de l'émission "A vous de juger", a estimé qu'il ne fallait pas avoir de "dogme" quant au report de l'âge légal de départ à la retraite à 60 ans, tandis que le PS défend cet acquis social.

Les socialistes préfèrent Martine Aubry (75%, +4) au patron du FMI. Le premier secrétaire du PS devance aussi nettement Ségolène Royal, qui chute de dix points, à 60% de popularité.

La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, reste en tête auprès de l'électorat UMP avec 77% d'opinions favorables, devant Michèle Alliot- Marie et Jean-Louis Borloo.

L'enquête a été réalisée par téléphone les 21 et 22 mai, les deux jours suivants le passage télévisé de Dominique Strauss-Kahn, auprès d'un échantillon représentatif de 920 Français en âge de voter.

Clément Guillou, édité par Yves Clarisse