BFMTV

Mélenchon à l’Elysée : "une rencontre affable et courtoise"

Jean-Luc Mélenchon à l'Elysée, le 30 novembre 2012.

Jean-Luc Mélenchon à l'Elysée, le 30 novembre 2012. - -

Cette semaine, François Hollande reçoit les principaux responsables des partis politiques pour des consultations sur les propositions de la commission Jospin. Ce vendredi matin, c’était au tour de Jean-Luc Mélenchon.

Censée réformer la vie politique, la commission Jospin sur "la rénovation et la déontologie de la vie publique" est à l’ordre du jour de l’Elysée. Le chef de l’Etat reçoit cette semaine tous les dirigeants des partis politiques pour discuter des propositions faites par Lionel Jospin, avec en tête le cumul des mandats des parlementaires.

Vendredi matin, Jean-Luc Mélenchon, le président du Front de Gauche, s’est prêté à l’exercice. S’il a qualifié la rencontre d'"affable et de courtoise", Jean-Luc Mélenchon a néanmoins précisé que le Président était "dans une logique qui n’est pas la nôtre, puisque nous sommes pour une 6e République".

Haro sur le scrutin à deux tours

Le cumul des mandats et le scrutin majoritaire à deux tours ont notamment été abordés. "On a fait des propositions, en particulier sur le mode de scrutin. Si on continue à maintenir le scrutin majoritaire à deux tours, c’est là que le FN va être un problème, estime Jean-Luc Mélenchon. Si le FN est dangereux, il n’y a qu’à l’interdire. Si c’est un parti comme les autres, on arrête d’en prendre le prétexte pour introduire la proportionnelle", comme le propose le rapport Jospin.

Interrogé sur ses velléités d’occuper le poste de Premier ministre, Mélenchon a déclaré ne pas avoir eu "l'occasion" de déposer son CV, "sinon avec le sourire et en sortant." "Je ne peux pas être le représentant de la gauche que je suis sans dire que je suis prêt à gouverner. Il y a deux manières d’aller gouverner, soit on fait bagage accompagné et on avale tout. Soit on se propose d’être aux manettes."

Thomas Roure avec BFMTV