BFMTV

Le Front de gauche, porte-drapeau de la manifestation contre l’austérité

Fin août, Jean-Luc Mélenchon avait appelé à un grand rassemblement parisien contre l'austérité.

Fin août, Jean-Luc Mélenchon avait appelé à un grand rassemblement parisien contre l'austérité. - -

Une vaste manifestation contre l'austérité et le traité budgétaire européen est organisée dimanche à Paris, à l'appel de Jean-Luc Mélenchon.

A en croire les tracts, la manifestation nationale contre le traité européen et "l’austérité permanente", organisée dimanche à Paris à l’appel du Front de gauche, est ambitieuse. Dans le cortège, qui partira de Nation à 13h30, pour rejoindre la place d’Italie, plusieurs partis, mais aussi des syndicats et des associations, défileront aux côtés de Jean-Luc Mélenchon, qui avait appelé à un grand rassemblement parisien fin août.

Depuis l’arrivée de François Hollande à l’Elysée, il s’agit de la première grande manifestation des forces politiques situées à gauche du parti socialiste.

Un Front de gauche élargi

-
- © -

Envisagé comme le "signal de départ d’une campagne nationale contre l’austérité", le rassemblement se veut massif. Plusieurs milliers de personnes sont attendues, selon les organisateurs. "De jour en jour, d'heure en heure, la préparation de la manifestation prend de l'ampleur", affirmait Jean-Luc Mélenchon sur son blog le week-end dernier. Objectif : beaucoup de monde, donc, et une image d’unité contre les projets du gouvernement.

Car aux côtés du PCF et du Parti de gauche, composants du Front de gauche, ce sont plus de 65 organisations et plusieurs centaines de comités locaux, du monde syndical, associatif, intellectuel et politique qui défileront, selon le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent. Parmi eux, entre autres, le NPA, la CGT, la CFDT, la FSU, l’Unef, Attac et la fondation Copernic.

L’événement, qui se veut fédérateur, a même donné lieu à la mise en place d’un site Internet unitaire dédié à cette "bataille" contre le Pacte budgétaire. "Stop austérité" - c’est son nom - propose notamment des solutions de transport pour permettre l’acheminement de militants et sympathisants de toute la France.

Le traité européen en ligne de mire

Mot d’ordre : la dénonciation de la ratification prochaine du traité budgétaire européen par le Parlement français et la demande d’un référendum sur ce sujet. "Le refus de l'austérité et la nécessité d'une refondation de l'UE sont au cœur de la mobilisation unitaire contre le traité européen", souligne Pierre Laurent.

"C'est de ce mouvement populaire dont la gauche a besoin pour rendre crédible et incontournable la possibilité d'une réorientation européenne. Ceux qui veulent y contribuer ne peuvent pas être absents de la manifestation du 30 septembre à Paris", affirme-t-il. Et de préciser qu’il "appelle tous les écologistes et tous les socialistes qui refusent la logique du traité à se joindre à cette grande journée".

Selon Eric Coquerel, secrétaire national du Parti de gauche, des membres d’Europe Ecologie-Les Verts devraient faire partie du cortège. Rappelons que les écologistes ont refusé de ratifier le traité européen lors du conseil fédéral du parti, le 22 septembre.

Dynamique européenne

"Non à l’austérité permanente ! Refusons le Pacte budgétaire et ouvrons le débat en Europe !", scande le tract officiel. La manifestation de dimanche veut clairement s’inscrire dans la mobilisation européenne contre les mesures d’austérité et sera particulièrement en phase avec l’actualité puisque mardi, des milliers d’Indignés espagnols ont manifesté devant le Parlement, à Madrid. En Grèce, ce sont près de 52.000 personnes qui sont descendues dans la rue mercredi, pour faire entendre leur voix contre le plan de rigueur.

Symbole de cette dynamique anti-austérité européenne : le soutien du collectif unitaire italien - lui même organisateur d'un "No Monti day" le 27 octobre, à Rome - à la manifestation parisienne.

Vidéo : Farida Setiti