BFMTV

La tension monte entre François Ruffin et Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon a pris deux fois la parole lors de "la fête à Macron".

Jean-Luc Mélenchon a pris deux fois la parole lors de "la fête à Macron". - Thomas Samson - AFP

Des militants proches de François Ruffin n'ont pas apprécié l'omniprésence de la France insoumise dans la "fête à Macron", samedi dernier. Ils dénoncent une "récupération".

L'échange en dit long. Samedi dernier, à l'arrivée du cortège de la "fête à Macron", Adrien Quatennens et François Ruffin, députés du groupe la France insoumise, discutent – et le ton est tendu.

"Déconne pas François! Faut que tu te ramènes là, les militants t'attendent au bus de la France insoumise, ils ne comprennent pas ce que tu fais, pourquoi personne ne te voit!", lance Quatennens.

La réponse du fondateur de Fakir est sans appel: "Foutez-moi la paix!".

Une discussion, rapportée par Adrien Quatennens au Figaro, qui reflète les tensions entre le fondateur de Fakir et les proches de Jean-Luc Mélenchon.

Car François Ruffin l'avait annoncé: cette manifestation n'était pas celle de la France insoumise, ni d'un quelconque parti politique. La tête du cortège avait été réservée à différents représentants de professions en grève, et pas à des politiques. Pourtant, lors du défilé, force est de constater que la France insoumise est partout: des centaines de pancartes ornées du "phi", symbole de LFI, sont distribuées. Jean-Luc Mélenchon et sa garde rapprochée défilent sur un grand bus à impériale qui domine les autres véhicules du défilé quand François Ruffin, lui, est sur un petit bus qui passe inaperçu. Il n'apparaît donc pas sur la "photo de famille" de fin de manifestation.

Jean-Luc Mélenchon, lui, avait prévu de prendre la parole une unique fois durant le défilé: finalement, il la prendra une seconde fois en arrivant à Bastille. L'ambiance glaciale est symbolisée par cette photo du leader de LFI embrassant un François Ruffin au visage fermé, dissimulant à peine son agacement.

"Ils ont préféré la hauteur, bien loin du peuple"

Trop de signes qui, pour des militants, montrent la "récupération" de la France insoumise. Deux d'entre eux, proches du journal Fakir fondé par François Ruffin, font circuler un texte intitulé "Descendez du bus", dont Le Monde publie des extraits:

"On avait beau s’époumoner contre le trône de Macron, v’la que les 'Importants', les mégalos de l’insoumission, se présentaient fiers comme des coqs sur un bus gigantesque, entourés par un cordon de sécurité. (…) Ils ont préféré la distance et la hauteur, bien loin du peuple que soi-disant ils chérissent tant (...) " Ils concluent: "Le seul absent de cette mascarade politicienne (…) était le véritable maître d’œuvre de cette journée. François Ruffin! Qui comme nous (...) doit être écœuré et furieux de la tournure qu’ont pris les événements."

Du côté de la France insoumise, on minimise la portée du texte, ainsi que l'échange entre Ruffin et Quatennens. "Ce sont des trucs du JDD", balaie Alexis Corbière lundi sur LCI. "François est un homme formidable, extrêmement inquiet à la veille de la manifestation. Il était en tête de manifestation, il avait ce rôle d'organisateur, il a pris la parole tout à fait normalement". Tout en concédant: "François, il a son style, Jean-Luc (Mélenchon) a le sien, moi j'ai le mien".

L'apaisement avant le 26 mai?

De son côté, selon Le Monde, le député de la Somme a lui aussi appelé à l'apaisement, en demandant à ses proches de "rassembler toujours plus large (…) dans la joie, à l'écart des rancunes". Les regards sont désormais tournés vers la manifestation du 26 mai.

"Il ne faut pas que ce soit capté par des organisations", estime Alexis Corbière. Il faut que ce soit au service d'un mouvement plus large et citoyen. Même si on n'est pas adhérent d'un parti, même si on n'est pas membre d'un syndicat, il faut qu'on se sente à l'aise" même si "les partis ont leur rôle, les organisations syndicales aussi". Cette bonne volonté sera-t-elle suivie des faits? La prochaine assemblée générale d'organisation de la mobilisation le dira: elle doit se tenir cette semaine à la Bourse du travail.

Ariane Kujawski