BFMTV

Clémentine Autain: les militants insoumis peuvent être "désarçonnés" par les affaires Garrido

Chronique chez Ardisson, cotisations impayées, impôts non déclarés, la rentrée de Raquel Garrido est agitée. Et ce n'est pas forcément une bonne nouvelle pour la France insoumise et ses militants.

"La place prise par les différentes affaires Raquel Garrido est disproportionnée et il y a une forme d'acharnement" contre l'ancien porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, a estimé Clémentine Autain, député France insoumise de Seine-Saint-Denis, vendredi sur BFMTV et RMC. "Pour autant, il faut payer ses impôts, il faut payer ses cotisations", a enchaîné l'élue en écho aux affaires de cotisations d'avocats non payées et de non-déclaration de l'impôt en raison de l'actualité débordante de l'élection présidentielle.

Selon Le Canard enchaîné, cette proche de Jean-Luc Mélenchon "n'a pas déclaré un sou de revenu à l'Urssaf en 2016". Elle a du coup, avance-t-il, fait l'objet d'un rappel de "6.113 euros" en mars 2016, puis le 28 septembre 2017. Les avocats libéraux cotisent au RSI pour la protection maladie et à la caisse nationale des barreaux français (CNBF) pour leur retraite. 

"C'est à elle [Raquel Garrido] de s'expliquer, je ne suis pas une amie proche, je ne connais pas le détail", précise Clémentine Autain qui admet que ces affaires au sujet de la chroniqueuse de C8 "désarçonne" les militants que cela "dessert" en partie le mouvement politique auquel elle appartient.

Pour assurer sa défense, Raquel Garrido avait préféré ironiser en direct sur le compte Snapchat du blogeur JeremStar, chroniqueur comme elle chez Thierry Ardisson.

S. A.