BFMTV

Florian Philippot pas surpris de la mauvaise audience de Marine Le Pen

Florian Philippot mardi matin sur BFMTV et RMC.

Florian Philippot mardi matin sur BFMTV et RMC. - BFMTV

Florian Philippot, président de la formation Les Patriotes et député européen, était ce mardi matin l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC.

Invité mardi matin sur BFMTV et RMC, Florian Philippot a regardé la prestation de Marine Le Pen jeudi dernier sur France 2, mais n'a "pas été totalement surpris" par le fait qu'elle ait totalisé la pire audience depuis les débuts de L'Emission politique. "Parce qu'au bout d'un moment, quand vous ne tenez plus vos convictions, ne croyez pas que vous allez susciter un enthousiasme, et que les foules vont vous suivre, y compris dans les chiffres d'audience à la télévision", tacle Florian Philippot.

"Quand vous dites sur l'euro, par exemple: 'on va voir'. Soit on est pour l'euro, soit on pense qu'il faut une monnaie nationale (...), mais on ne peut pas dire 'on va voir' sur des sujets aussi fondamentaux, parce que le peuple français se 'mais qu'est-ce que c'est que cette histoire?'".

"Le Front national n'y arrivera jamais"

Florian Philippot "ne pense pas" que Marine Le Pen puisse être présidente de la République, "vu le chemin qui est pris: leurs choix politiques ne peuvent pas les amener à être majoritaires". Mais "cette affaire du Front national, maintenant, m'intéresse quand même peu, c'est maintenant leur affaire (...). Je ne sais même pas si elle veut être candidate".

Le député européen en est convaincu, "le patriotisme est majoritaire en France. Mais il faut construire une force avec Les Patriotes, qui soit beaucoup plus moderne, crédible, professionnelle et ouverte, parce que beaucoup se disent aujourd'hui: 'le Front national n'y arrivera jamais'".

"J'ai tous les défauts depuis que j'ai quitté le Front national", s'agace Florian Philippot. "(Mais) ce parti est en train de retourner en arrière, de se rétrécir. Je n'y ai plus ma place, vu comment ils sont en train d'évoluer, notamment en abandonnant la souveraineté".

A.L.M.