BFMTV
Politique
en direct

EN DIRECT -Discussion entre Macron et les partis: Autain n'entend "aucun pas" vers les insoumis

EN DIRECT -Discussion entre Macron et les partis: Autain n'entend "aucun pas" vers les insoumis

Clémentine Autain le 26 juin 2022

L'actualité politique est dominée ce dimanche par l'interview d'Emmanuel Macron qui a conforté Elisabeth Borne à son poste de Première ministre.

Fin de live

Ce direct est désormais terminé, merci à vous de l'avori suivi!

Opposé à la Nupes, Le Foll veut créer "une nouvelle fédération de gauche"

Le maire socialiste du Mans Stéphane le Foll, opposé à l'accord entre PS, LFI, EELV et PCF aux législatives, veut "créer une nouvelle fédération de la gauche" et prend ses distances par rapport aux socialistes.

"Il s'agit de commencer à travailler sur une nouvelle gauche, dans son organisation, son programme qui rassemble les sociodémocrates, les écologistes réformistes, des républicains qui sont attachés à l'universalisme", explique l'ancien ministre dans les colonnes du Maine Libre.

Dissolution: elle apporterait "un sursaut de mobilisation et une majorité nette", assure Autain

Clémentine Autain voit dans une éventuelle dissolution une bonne nouvelle, permettant "un sursaut de mobilisation et une majorité nette" ce soir sur BFMTV.

Roussel éventuellement membre d'un gouvernement d'union nationale: Autain ne "comprend pas"

Fabien Roussel a assuré cette après-midi sur LCI être d'accord pour rentrer dans un gouvernement d'union nationale seulement en cas de "mesures fortes de changement de politique".

"Je ne comprends pas bien ce que dit Fabien Roussel mais je suis persuadée que les communistes n’ont pas envie d’aller vers le Père Noël des riches", lui répond Clémentine Autain sur BFMTV.

Discussions entre Macron et les partis politiques: Autain n'entend "aucun pas" vers les insoumis

Clémentine Autain n'est pas convaincue par "l'accord de gouvernement" ou des "majorités au cas par cas" évoqués par Emmanuel Macron ces derniers jours.

"Je n'entends aucun pas. On a un programme, des propositions. S’il se réveille et qu’il nous dit d’un seul coup oui on augmente le smic (…), je vous assure que oui on va voter", avance la députée LFI de Seine-Saint-Denis sur BFMTV.

LFI pas "un parti de gouvernement": Macron essaie de "créer une césure au sein de la Nupes", dénonce Autain

Emmanuel Macron a tendu la main à toutes les forces politiques de l'Assemblée nationale, à l'exception du RN et du LFI qui ne sont pas "des partis de gouvernement" d'après lui.

"Il essaie de créer une cesure au sein de la Nupes et il fait croire que seuls ceux qui ont déjà gouverner peuvent gouverner", juge la députée insoumise Clémentine Autain ce soir sur BFMTV.

Malgré ses 1,74% à la présidentielle, Anne Hidalgo n'a "aucun regret"

Après sa sèche défaite à la présidentielle, la maire de Paris assume.

"Je n'ai aucun regret. C'est une expérience unique qui m’a permis de renouer d’aller voir le niveau de fractures, d’angoisses, d’énergies, de rêves", juge Anne Hidalgo sur France inter ce dimanche.

Des communistes au gouvernement? Seulement en cas de "mesures fortes de changement de politique", pour Fabien Roussel

Fabien Roussel ne ferme pas complètement la porte à une entrée dans le gouvernement, mais pose ses conditions. Le député communiste du Nord a estimé ce dimanche sur LCI que rejoindre le gouvernement n'était pour lui pas d'actualité, à moins de "mesures fortes de changement de politique", évoquant entre autres le pouvoir d'achat et les retraites.

"Nous sommes prêts à participer si c'est pour investir fortement dans le travail, avec un projet de très haut niveau", a-t-il affirmé.

Emmanuel Macron a tendu la main samedi à de nombreuses formations, se disant prêt à rassembler "des communistes aux LR" en vue de créer une plus large majorité, balayant en revanche l'idée d'intégrer des élus LFI et RN.

"Il ne peut pas décréter qui est républicain": Manon Aubry répond au président

Emmanuel Macron a fermé la porte à toute participation de la France insoumise à un futur gouvernement hier, auprès de l'AFP

"Depuis quand le président de la République décerne des brevets de respectabilité et de capacité à gouverner ? Nous ne voulons pas gouverner avec lui et d'ailleurs il le répète, nous sommes en profond désaccord avec lui, notamment sur la réforme des retraites. Mais il ne peut pas décréter qui est républicain ou non, qui peut participer à un gouvernement ou non, qui peut travailler dans le grand effort de la nation", lui répond Manon Aubry, députée européenne LFI sur BFMTV.

"On ne peut pas se passer de sa parole": Quatennens assure que Mélenchon "reste au centre du dispositif" LFI

Adrien Quatennens, député LFI du Nord, assure ce dimanche sur France Info que malgré le fait qu'il ne dispose plus d'aucun mandat politique Jean-Luc Mélenchon reste "au centre du dispositif" de LFI.

"On ne peut passer de sa parole. Il représente et incarne la Nupes", assure-t-il.

"Jean-Luc Mélenchon n'est pas à la retraite politique", soutient-il.

Inscription du droit à l'IVG dans la Constitution: "je ne suis pas pour", juge Bayrou

Après la révocation du droit constitutionnel à l'IVG aux Etats-Unis, la majorité présidentielle souhaite inscrire le droit à l'avortement dans la Constitution française. François Bayrou s'y oppose.

"Je ne suis pas pour (...). C’est surprenant que ce qui se passe aux Etats-Unis entraîne des réactions effervescentes dans la vie politique française. Je ne suis pas pour qu'on décalque la vie politique sur celle des Etats-Unis", affirme le patron du Modem sur BFMTV.

Recrutement des professeurs par les directeurs d'établissement: Bayrou est en "désaccord"

François Bayrou revient sur la première interview de Pap NDiaye, le ministre de l'Education nationale dans Le Parisien. Le remplaçant de Jean-Michel Blanquer y confirme la volonté d'Emmanuel Macron de généraliser le recrutement des professeurs par les chefs d'établissement.

"Je suis en désaccord. On peut donner plus de liberté, oui. Mais moi, à titre personnel d'ancien ministre de l’Eduation, ancien enseignant, je ne suis pas favorable à ce qu’on transforme le chef d’établissement en patron de l’établissement", avance le patron du Modem.

Droit à l'avortement dans la Constitution: pour Quatennens, "certains discours" en France montrent qu'il n'est pas garanti

Adrien Quatennens, député LFI du Nord, a confirmé que la Nupes souhaitait proposer un texte de loi commun afin d'inscrire le droit à l'avortement dans la Constitution française, justifiant que "certains discours" révèlent le risque qu'il soit remis en cause.

"Nous ne sommes pas à l'abri" que ce droit soit remis en cause, estime-t-il.

"Certains discours peuvent révéler des risques, ou en tout cas montrer qu'il faut être prudent", sur le sujet, a-t-il estimé, pointant du doigt Eric Zemmour et un "manque de clarté" du côté du RN.

Borne pas assez politique ? "Le président dit que oui", affirme Bayrou qui veut "aider"

Emmanuel Macron a réaffirmé sa confiance à Elisabeth Borne dans un entretien à l'AFP. François Bayrou tenait un autre discours mercredi jugeant que "les temps exigent" un "Premier ministre ou la Première ministre" "politique".

"Elle dit que oui, le président dit que oui. Moi, je serai là pour aider", affirme le haut-commissaire au Plan sur BFMTV.

Adrien Quatennens confirme qu'Eric Coquerel sera le candidat de la Nupes à la tête de la Commission des finances

Adrien Quatennens, député LFI du Nord, a confirmé que le député LFI Eric Coquerel sera le candidat de la Nupes pour la tête de la Commission des finances, sur France Info ce dimanche.

Le député LFI obtiendra-t-il le poste? "Nous l'espérons, c'est ce qui va se passer si on respecte la tradition", souhaite-t-il.

Futur gouvernement: Bayrou n'imagine pas que "des forces élues dans l'opposition puissent entrer dans la majorité"

François Bayrou prend ses distances avec les propos d'Emmanuel Macron ce samedi qui souhaite aboutir à "un accord de gouvernement".

"Je n’imagine pas des forces politiques élues dans l’opposition entrer dans la majorité", juge le président du Modem ce midi sur BFMTV.

"Les coalitions, je n'y crois pas": Bayrou souhaite "un gouvernement des bonnes volontés"

Emmanuel Macron a déclaré vendredi soir vouloir des "majorités constructives" avec "l'ensemble des partis de gouvernement". François Bayrou fait, lui, une autre analyse.

"Le président n’a pas du tout l’idée que les coalitions soient possibles, je n’y crois pas. (...) Je crois à un gouvernement des bonnes volonté. (...) Le gouvernement n'a pas à être soumis à l'accord préalable des partis politiques", décrypte le patron du MoDem ce midi sur BFMTV.

"Cela n'aurait aucun sens": Quatennens assume de ne pas vouloir rejoindre le gouvernement Macron

Adrien Quatennens, député LFI du Nord, a assumé sur France Info ce dimanche ne pas vouloir faire partie du gouvernement d'Emmanuel Macron après que le chef de l'Etat a déclaré que LFI n'est pas "un parti de gouvernement".

A la question de savoir si LFI est un parti de gouvernement, Adrien Quatennens a déclaré ne pas faire partie "de son gouvernement", en référence à Emmanuel Macron.

"Et d'ailleurs nous l'avons dit, ça n'aurait aucun sens" de rejoindre le gouvernement, estime-t-il. "Nous allons être une opposition", revendique-t-il.

"Le temps du Parlement chambre d'enregistrement": Bayrou juge que c'est fini"

Le haut-commissaire au Plan, fervent militant pour des législatives à la proportionnelle, juge "que le temps du Parlement chambre d'enregistrement, c'est fini", ce midi sur BFMTV.

"Nous sommes dans un moment de mutation obligatoire": Bayrou appelle à "prendre en compte" le message des Français

Le président du Modem donne sa vision des futures semaines, une semaine après l'échec d'Emmanuel Macron aux législatives.

"On a vécu suivant un princpe que tout est pyramidal, tout se se décide là-haut, le gouvernement décide et le parlement vote pour. Cela ne peut plus fonctionner et nous sommes désormais dans un moment de mutation obligatoire (...) Le message envoyé par les Français doit être pris en compte", avance François Bayrou ce midi sur BFMTV.

François Bayrou sera l'invité de BFMTV à partir de 12h

Le président du MoDem et Haut-Commissaire au Plan François Bayrou sera l'invité de BFM Politique sur BFMTV à partir de 12h.

Seulement un peu plus d'un tiers des Français se disent "satisfaits" de l'action d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron et sa Première ministre Elisabeth Borne peinent de plus en plus à satisfaire les Français, selon le dernier baromètre Ifop pour le JDD, sondage réalisé du 16 au 23 juin.

Ce sont 38% des répondants qui se disent satisfaits de l'action d'Emmanuel Macron en tant que président de la République, soit trois points de moins que lors du dernier baromètre. Au contraire, 61% des Français estiment qu'il ne répond pas à leurs attentes.

>> Notre article complet est à lire ici.

Gilles Le Gendre se dit "tout à fait favorable" à un vote de confiance à l'Assemblée

Le député de la majorité Gilles Le Gendre, invité sur Franceinfo ce dimanche matin, se dit "tout à fait favorable" à ce qu'un vote de confiance soit organisé à l'Assemblée nationale.

"Nous avons les effectifs qui permettent de donner la confiance à la Première ministre", estime-t-il, assurant ne pas redouter l'échec.

"À force de dire que nous sommes une majorité relative, nous finirions par oublier que nous sommes une majorité", justifie-t-il. De son côté, Elisabeth Borne n'a pas encore indiqué si elle comptait soumettre le gouvernement à un vote de confiance.

RN pas un "parti de gouvernement": Louis Aliot estime que ce n'est pas Macron "qui décerne les brevets de gouvernement"

Louis Aliot, maire RN de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales a déploré ce dimanche sur BFMTV que le chef de l'Etat considère le RN ne soit pas un "parti de gouvernement".

"Ce n'est pas lui qui décerne les brevets de gouvernement", a-t-il estimé, ajoutant que de toute façon son parti ne "compt(ait) pas rentrer dans le gouvernement de M. Macron".

"La vérité est que Macron ne dispose pas de majorité, il faut qu'il aille chercher majorité ou qu'il tienne compte des différentes oppositions", a-t-il déclaré.

"Notre rôle n'est pas de discuter avec le président de la République, c'est de légiférer": LFI déplore les propos de Macron sur les "partis de gouvernements"

David Guiraud, député LFI de la 8ème circonscription du Nord, déplore sur BFMTV ce dimanche qui avait estimé que LFI n'est "pas un parti de gouvernement".

"Je ne vois pas en quoi Macron dispose d'un parti de gouvernement plus solide que LFI", dénonce-t-il.

"Ce n'est pas à lui de dire qui est un parti de gouvernement et qui ne l'est pas", déplore-t-il. "Notre rôle n'est pas de discuter avec le président de la République, c'est de légiférer", estime-t-il.

"Pour Macron, un parti de gouvernement, c'est un parti qui a déjà gouverné" : les Insoumis déplorent les propos du chef de l'Etat sur LFI

Les propos d'Emmanuel Macron suscitent l'indignation chez les Insoumis. Pour Macron, "un parti qui ne veut pas 'gouverner' avec lui, n'est pas 'un parti de gouvernement'", déplore sur Twitter l'élu LFI Alexis Corbière, après que le chef de l'État a déclaré ne pas considérer LFI comme un "parti de gouvernement", tout comme le RN.

"Pour Macron, un parti de gouvernement, c'est un parti qui a déjà gouverné", soupire la députée LFI Clémentine Autain sur Twitter.

"Ce n'est pas (Macron) qui nous exclut, c'est nous qui, France insoumise et d'ailleurs tous les partis de la Nupes ensemble, ne souhaitons pas gouverner le pays sur le programme de M. Macron", a pour sa part jugé le député LFI Eric Coquerel.

Mathilde Panot estime que "ce n'est pas à Emmanuel Macron de renouveler sa confiance à la Première ministre"

La présidente du groupe LFI à l'Assemblée nationale a condamné samedi sur France Info l'annonce du président de la République de maintenir sa "confiance" à la Première ministre pour "mener l'action du gouvernement dans la durée".

"Ce n'est pas à Emmanuel Macron de renouveler sa confiance à la Première ministre", a-t-elle dénoncé, alors que l'opposition appelle Elisabeth Borne à se soumettre à un vote de confiance auprès des députés.

Mathilde Panot a par ailleurs déploré les propos du chef de l'État ne considérant pas LFI, comme le RN, comme un "parti de gouvernement" avec lequel former un nouveau gouvernement.

"Le président de la République essaye de diviser la Nouvelle union populaire", estime-t-elle.

Macron "va devoir sortir de la méthode jupitérienne": le président des députés LR refuse de servir de "béquille" à la majorité

Olivier Marleix, nouveau président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale, affirme ses ambitions et met en garde le camp d'Emmanuel Macron, lequel ne dispose plus de majorité absolue à l'Assemblée nationale, ce dimanche dans le JDD.

"Nous voulons être utiles aux Français, pas servir de béquille au pouvoir", affirme-t-il.

Très critique à l'égard de la majorité, il assure: "le président de la République va devoir sortir de la méthode verticale, jupitérienne, dont les Français ne veulent plus". "Désormais, le pouvoir est au Parlement", espère-t-il.

"Cette situation inédite, avec une Assemblée nationale sans majorité, est le fruit de sa politique. (...) Le président de la République a abusé d’une stratégie de fracturation du pays", analyse-t-il.

Danièle Obono appelle Elisabeth Borne à "demander la confiance" des députés

La députée La France insoumise à Paris a appelé samedi sur BFMTV la Première ministre à se soumettre à un vote de confiance des députés, après la déroute de la majorité aux législatives.

"Il faut que la Première ministre daigne venir demander la confiance au gouvernement, c'est la moindre des choses", a-t-elle lancé.

"La majorité est obligée de tenir compte de la diversité des expressions politiques de l'Assemblée comme l'ont voulu les Françaises et les Français", a-t-elle souligné, rappelant que le camp présidentiel a perdu sa majorité absolue aux législatives.

Emmanuel Macron "confirme" sa confiance à Elisabeth Borne comme Première ministre

Dans un entretien accordé à l'AFP, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé avoir "décidé de confirmer (s)a confiance" samedi à la Première ministre Elisabeth Borne pour "mener l'action du gouvernement dans la durée", à l'issue d'un premier cycle de consultations des forces politiques mené par l'exécutif.

"Voyant à la fois les refus et les disponibilités" qui se sont exprimés lors des premiers échanges avec les forces politiques, "j'ai décidé aujourd'hui de confirmer ma confiance à Élisabeth Borne", a expliqué le chef de l'État.

>> Notre article complet est à lire ici.

La ministre des Outre-Mer quitte le gouvernement pour viser la présidence de l'Assemblée nationale

Yaël Braun-Pivet, qui était ministre des Outre-Mer depuis un mois, est sortie du gouvernement, selon un décret publié ce dimanche au Journal officiel.

"Il est mis fin aux fonctions de Mme Yaël Braun-Pivet" et "les fonctions de ministre des Outre-Mer sont exercées par la Première ministre", stipule ce décret pris samedi par Emmanuel Macron sur proposition d'Élisabeth Borne.

Elle devrait accéder au perchoir, à l'Assemblée nationale, une première pour une femme.

Bonjour à tous!

Bienvenue dans ce direct consacré à l'actualité politique de ce dimanche 26 juin 2022.

BFMTV.com