BFMTV

Remaniement: femme et écolo, le profil idéal pour Hollande 

François Hollande et Manuel Valls lors de la conférence de presse du jeudi 5 février

François Hollande et Manuel Valls lors de la conférence de presse du jeudi 5 février - Philippe Wojazer - AFP

Alors que l'avenir de son projet de révision constitutionnelle est indécis, François Hollande et Manuel Valls planchent sur un nouveau gouvernement pour conclure le quinquennat et lancer la campagne de 2017. Entre parité et ouverture, l'exécutif joue serré.  

Après la démission de Christiane Taubira, remplacée par Jean-Jacques Urvoas, et le départ prévu de Sylvia Pinel, qui va quitter le ministère du Logement après avoir été élue vice-présidente de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, François Hollande doit trouver des femmes pour intégrer le gouvernement qu'il va remanier sous peu avec Manuel Valls. Un absolu paritaire (18 hommes, 15 femmes actuellement) auquel tient le chef de l'Etat est compliqué par les ambitions de Jean-Michel Baylet, qui insiste pour récupérer le maroquin promis aux radicaux de gauche. Les choix de l'Elysée et Matignon seront scrutés d'autant plus que les femmes n'occupent désormais aucun ministère régalien. 

Ce constat renforce la thèse qui place Ségolène Royal aux Affaires étrangères si Laurent Fabius rejoint, comme prévu, le Conseil constitutionnel. Mais pour faire "diminuer le taux de testostérone" qui a atteint des sommets sur fond de rivalité Valls-Macron selon un ministre dans Le Parisien, François Hollande lorgne du côté des écologistes. En effet, la député Barbara Pompili ou la patronne de EELV Emmanuelle Cosse sont dans le viseur du président de la République. La seconde se montre "discrète" et peu critique ces derniers temps contre la politique du gouvernement, constate d'ailleurs Le Figaro.

Hulot a refusé, Duflot très critique 

"Le sujet, c'est qu'est-ce que voudra faire un prochain gouvernement sur des sujets écologistes? Il y a des sujets connus comme Notre-Dame-des-Landes, il y a la fermeture de la centrale de Fessenheim, mais il y a autre chose. On est en pleine crise de l'emploi et il y a des secteurs qui ne demandent qu'à s'ouvrir et qui sont notamment très liés au dérèglement climatique, donc il y a aussi des réponses à avoir sur ces sujets-là", a déclaré la semaine passée Emmanuelle Cosse, comme dans une liste de conditions. Un poste au ministère de l'Ecologie, refusé par Nicolas Hulot, serait un bond important pour la conseillère régionale d'Ile-de-France.

En tout cas, il est peu probable que François Hollande puisse à nouveau compter sur Cécile Duflot, critique depuis son départ du gouvernement, qui ne manque jamais une occasion de dire tout le mal qu'elle pense du projet de révision constitutionnelle et de viser Manuel Valls.

Pour ce dernier coup de fouet à son gouvernement, François Hollande, mis à mal par la question de la déchéance de nationalité, va vouloir promouvoir "la gauche responsable", celle "qui veut gouverner en s'accommodant des mécanismes de marché", écrit Le Figaro qui assure que le chef de l'Etat n'a pas prévu d'amadouer l'aile gauche de sa famille politique malgré les menaces de primaire. Déjà une ébauche de stratégie en vue de 2017.

S.A.