BFMTV

Pacte de responsabilité, PRG, Ukraine: l'été (sans répit) d'Hollande

Les tensions avec Angela Merkel contribuent n'ont pas aidé à ensoleiller l'été de François Hollande.

Les tensions avec Angela Merkel contribuent n'ont pas aidé à ensoleiller l'été de François Hollande. - -

Depuis le début de l'été, les crises, internationales et nationales, s'enchaînent pour le Président. Alors que ses dix jours de vacances s'achèvent, quels dossiers restent à traiter?

La semaine de vacances de François Hollande a dû passer bien vite. Les deux derniers moins ont été particulièrement rude pour le Président, qui doit maintenant préparer septembre. Quelles crises, accumulées pendant l'été, devra-t-il régler à la rentrée?

> Le Pacte de responsabilité, moins solidaire que prévu

En plein mois d'août, le Conseil Constitutionnel a retoqué l'allègement des cotisations des salariés modestes, la partie "solidaire" du pacte de responsabilité et de solidarité.

Bercy cherche un moyen de convertir la mesure en un allègement de charges, mais dans l'opposition, François Fillon dénonce "l'amateurisme" du gouvernement.

> Berlin refuse de revoir sa politique économique

Autre dossier économique: l'Allemagne n'est pas convaincue par les appels de la France, qui lui demandait "un soutien plus ferme à la croissance". "Les déclarations très générales en provenance de Paris ne fournissent aucune raison pour de quelconques corrections dans la politique économique" de Berlin, a balayé mercredi la porte-parole du gouvernement allemand.

> Le Parti radical de gauche menace de quitter le gouvernement

Sur le plan politique, trois ministres du Parti radical de gauche ont menacé en août de quitter le gouvernement s'ils ne sont pas "entendus" sur la réforme territoriale. Le PRG réclame entre autres le maintien des conseils généraux dans les départements ruraux.

Sans le PRG, alors que les Verts sont déjà partis, le gouvernement pourrait avoir du mal à faire voter son budget 2015, à la rentrée.

> Une situation tendue à l'international

A l'Est, l'embargo ukrainien sur les produits agroalimentaires européens fait craindre le pire aux agriculteurs français. Surtout que les sanctions commerciales pourraient se multiplier.

Au Moyen-Orient, après une gestion contestée du conflit israélo-palestinien, François Hollande a annoncé, jeudi, dans un communiqué que la France pourrait intervenir en Irak, pour combattre les jihadistes.

J.S avec AFP