BFMTV

Modiano: Hollande ironise devant Pellerin sur "ceux qui n'ont pas connaissance de ses ouvrages"

François Hollande a décoré Patrick Modiano mercredi 18 février à l'Elysée.

François Hollande a décoré Patrick Modiano mercredi 18 février à l'Elysée. - Patrick Kovarik - AFP

Alors qu'il décorait Patrick Modiano de la Légion d'honneur, le chef de l'Etat a irnoisé sur "ceux qui n'ont pas connaissance de ses ouvrages". Devant la ministre de la Culture, Fleur Pellerin.

François Hollande aime user de l'ironie. Mercredi soir, le chef de l'Etat s'en est donné à cœur joie. Alors qu'il décorait l'économiste Jean Tirole et l'écrivain Patrick Modiano de la légion d'honneur, le chef de l'Etat s'est lancé dans un festival de petites blagues, rapporte un journaliste du Monde qui a assisté à la cérémonie.

"Patrick Modiano; vous êtes écrivain, je le dis pour ceux qui n'ont pas connaissance de vos ouvrages", a ainsi lancé François Hollande, sourire en coin, devant sa ministre de la Culture, Fleur Pellerin, qui avait été au cœur d'une polémique, en octobre dernier, après avoir avoué être incapable de citer un ouvrage de Patrick Modiano. "J'avoue sans aucun problème que je n'ai pas du tout le temps de lire depuis deux ans. Je lis beaucoup de notes, de textes de loi, les nouvelles, les dépêches AFP mais je lis très peu", avait-elle avoué. Face au débat, François Hollande était lui-même venu à son secours, et avait estimé que Fleur Pellerin avait eu "raison de dire la vérité". Reste à savoir comment la ministre a accueilli l'ironie présidentielle.

Hollande se paie aussi le Parlement

Et le chef de l'Etat ne s'est pas arrêté là. En décorant l'économiste Jean Tirole, il est revenu sur les travaux de l'économiste. Et c'est à nouveau un festival: "Vous avez travaillé sur le droit des faillites qui a inspiré une partie du projet de loi sur la croissance et l'activité (d'Emmanuel Macron, ndlr), dont on a vu combien il est approuvé par le Parlement". Rires dans le public, alors que Manuel Valls a dû faire appel au 49.3 pour faire adopter la loi, faute de majorité.

"Vous êtes un économiste qu'on interroge comme un oracle", poursuit François Hollande: "la croissance va-t-elle repartir, la courbe du chômage s'inverser, etc. Je veux saluer la dure condition d'être économiste. La politique à côté n'a qu'à rendre des comptes. L'avantage des économistes c'est que ce qu'ils prévoient peut ne pas se produire sans qu'on leur en fasse pour autant procès".

A. K.