BFMTV

Meubles design et art contemporain: comment les Macron aménagent l'Elysée à leur goût

Le bureau d'Emmanuel Macron à l'Elysée.

Le bureau d'Emmanuel Macron à l'Elysée. - Ludovic Marin - AFP

Le couple présidentiel peut changer le mobilier et les œuvres d'art qui meublent le palais de l'Elysée, à condition de respecter quelques règles.

"Un Picasso à l'Elysée? Ce serait formidable". Dimanche soir, alors qu'il assistait au vernissage de l'exposition "Picasso 1932: année érotique" en compagnie de son épouse Brigitte, Emmanuel Macron a laissé entendre qu'il souhaitait faire entrer de nouveaux artistes dans le palais présidentiel. 

"Il y a quelques très beaux artistes qui sont dans les murs mais j'aimerais ouvrir en effet l'Elysée à la fois à des peintres modernes, contemporains, aussi à d'autres artistes. C'est en projet", a-t-il glissé, laissant planer le mystère.

Alors qu'ils ont choisi de s'installer à l'Elysée, contrairement à leurs prédécesseurs qui se contentaient d'y travailler, le président de la République et la Première dame ne cachent pas leur volonté de moderniser les lieux. Cela passe par le choix des oeuvres d'art, mais aussi des meubles. A condition toutefois de respecter quelques règles. Pour les appartements privés, le couple présidentiel peut choisir les meubles et les oeuvres de son choix, mais pour les salles de représentation, c'est dans les réserves de l'Etat qu'il faut les sélectionner. 

En France, c'est le Mobilier national qui est chargé de fournir les meubles et tapisseries qui ornent les lieux de pouvoir. Cette institution est installée sur le même site que la Manufacture des Gobelins, avec laquelle il est étroitement lié, dans le 13ème arrondissement de Paris. Elle date de l'époque où le régime était une monarchie: héritière du Garde-Meuble de la Couronne, elle rappelle le temps où les Rois emménageaient régulièrement dans les châteaux non meublés.

25.000 objets "déposés"

Aussi appelé le "Château", l'Elysée a tout de la demeure royale. A chaque échéance électorale, le pouvoir peut faire appel au Mobilier national, qui dépend du ministère de la Culture et est actuellement dirigé par Hervé Barbaret. Tous les cinq ans, un inventaire est réalisé, qui compile au total près de 100.000 objets dans différents styles, du plus classique au plus contemporain: 25.000 sont "déposés", utilisés dans les différentes résidences présidentielles, mais aussi dans les bureaux des ministres et de leurs directeurs de cabinet, ainsi que dans les lieux de réception des ministères et les grands corps de l'Etat. Sur dérogation, certains endroits peuvent aussi faire appel au Mobilier national, comme les ambassades.

La majeure partie des objets (75.000) se trouve cependant en réserve, comme l'expliquait le directeur du Mobilier sur France Culture en mars dernier. Parmi les objets les plus prestigieux, le bureau d'ébéniste datant du 18e siècle utilisé par le président de la République. 

Demandes inédites

Le chef de l'Etat et son épouse peuvent faire appel au Mobilier national pour les pièces dans lesquelles ils travaillent, mais aussi pour leurs appartements privés. Depuis l'arrivée du couple Macron, des demandes inédites ont été faites.

"Le Palais nous demande des objets d'art contemporain, c'est exceptionnel. C'est nouveau et on en est très fiers", expliquait Hervé Barbaret sur RTL au mois de juin.

Comme le précise son entourage à BFMTV.com, Brigitte Macron a visité récemment le Mobilier national, la Manufacture des Gobelins et le Centre national des arts plastiques, qui gère le Fonds national d'art contemporain. Cette visite des Gobelins et du Fonds national constitue une première depuis celle de Claude Pompidou. Au Mobilier national, Brigitte Macron a choisi les meubles dédiés à son bureau. Un ensemble contemporain, réalisé par la designer Matali Crasset.

Des tentures décrochées pour faire entrer la lumière

D'après Le Monde, elle a aussi entrepris de changer le service en porcelaine du Château et de créer un potager. Elle s'est enfin vantée d'avoir dépoussiéré quelques pièces: "J’ai fait retirer les bergères et les moutons", a-t-elle lancé il y a quelques semaines à un conseiller. Son entourage confirme que la Première dame a fait enlever des tapisseries qui ornaient les lieux depuis des décennies sans avoir été lavées. Certains tapis ont aussi été remplacés, et de lourds rideaux rouges décrochés, afin de faire entrer la lumière. Sans que cela n'abîme les meubles, puisque les vitres sont équipées de filtres anti-UV.

Concernant les œuvres d'art, elles peuvent êtres choisies dans le Fonds national d'art contemporain, qui réunit une collection appartenant à l'Etat. Ce qui n'empêche pas le Président d'apporter sa touche personnelle: dans le salon d'angle qu'il a investi et qui était utilisé autrefois par les conseillers spéciaux des présidents, Emmanuel Macron a fait installer la Marianne de Shepard Fairey, l'artiste américain à qui l'on doit le célèbre portrait de Barack Obama en bleu blanc rouge, souligné du mot "Hope".

Charlie Vandekerkhove