BFMTV

Macron invitera les présidents des pays engagés dans la Première guerre le 11 novembre 2018

Le chef de l'État inaugure l'historial du Hartmannswillerkopf avec son homologue allemand

Le chef de l'État inaugure l'historial du Hartmannswillerkopf avec son homologue allemand - CHRISTIAN HARTMANN / X90079 / AFP

Dans le cadre de son projet de refondation européenne, le chef de l'État veut rassembler les pays du continent autour d'une histoire commune.

À l'occasion de l'inauguration vendredi après-midi de l'historial franco-allemand du Hartmannswillerkopf (Haut-Rhin), consacré à l'un des plus sanglants champs de bataille de la Première guerre mondiale, Emmanuel Macron et son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier ont ouvert la période de commémorations du 11 novembre.

Lors de son discours, le chef de l'État a indiqué qu'une cérémonie exceptionnelle serait organisée le 11 novembre 2018, à l'occasion du centenaire de la fin de Grande guerre:

"L'année 2018 nous rappellera que rien de grand ne se fait sans mains tendues. J'inviterai très prochainement les présidents des pays jadis en guerre à se retrouver à Paris le 11 novembre 2018", a assuré Emmanuel Macron, qui a insisté sur l'importance du "devoir de mémoire".

Le chef de l'Etat a par ailleurs annoncé qu'il se rendrait dans les territoires "meurtris par la guerre et aujourd'hui par la crise". "2018 ne sera pas une année de triomphalisme mais un miroir tendu à notre monde d'aujourd'hui qui, si souvent encore, choisit la radicalité, la brutalité, la violence comme réponse", a déploré le chef de l'État.

"Tirer les leçons"

L'historial franco-allemand est "un lieu de mémoire vive. Il nous rappelle qu'il n'est de mémoire utile que si nous savons en tirer les leçons", a encore affirmé le locataire de l'Élysée en mettant en avant l'amitié qui unit la France et l'Allemagne.

Mais Emmanuel Macron a prévenu: "La concorde franco-allemande ne doit pas apparaître comme la confiscation de l'idéal européen. C'est l'exemple le plus éclatant de notre volonté de paix"

Refonder l'Europe

Au-delà de cette annonce, le locataire de l'Élysée a voulu inscrire son projet de "refondation européenne" dans une dimension historique:

"Au coeur de la refondation européenne, que la France et l'Allemagne veulent, il y a et il y aura ce défi de construire une histoire commune. [...] Nous avons un passé en commun que nous devons savoir reconjuguer ensemble parce que c'est la base de noter avenir en commun", a déclaré Emmanuel Macron, appelant à une Europe "unie, souveraine et démocratique".

Selon le président de la République, la refondation de l'Europe est "le devoir de notre génération qui n'a pas le droit de retomber dans les divisions et les guerres intestines". Il s'agit pour le continent d'un "défi historique, celui de franchir une nouvelle étape".

Paul Louis