BFMTV

Macron annonce l'accélération de l'envoi de "renforts" de forces de sécurité

-

- - -

Emmanuel Macron a annoncé vendredi à Cayenne que l'augmentation des moyens de la sécurité prévue en Guyane serait "accélérée", et que le déploiement des renforts à venir serait donc achevé "plus vite que prévu". ET ce alors que le territoire connait une insécurité croissante. "La Guyane subit des violences inacceptables", a affirmé le chef de l'Etat, assurant que tous les engagements en matière de sécurité "seront tenus".

"Mais j'ai décidé, au-delà, de les accélérer, les (déploiements des) renforts à venir seront donc achevés plus vite que prévu". Emmanuel Macron a ainsi indiqué que "90 gendarmes seront déployés dès 2018". En outre, "entre mai 2016 et septembre 2017, 84 policiers et adjoints de sécurité supplémentaires ont été affectés en Guyane" et "22 nouveaux seront affectés d'ici à février prochain", a-t-il ajouté.

Jeudi, en marge de la visite d'Emmanuel Macron, cinq personnes ont été interpellées tandis qu'un gendarme mobile et un policier ont été légèrement blessés au cours des heurts dans le centre de la principale ville de Guyane, Cayenne. "Je ne me laisserai pas guider cet agenda de sécurité par celles et ceux qui créent eux-mêmes l'insécurité comme ils l'ont manifesté hier soir", a cependant prévenu le chef de l'Etat, en référence aux affrontements qui ont opposé dans la nuit de jeudi à vendredi à Cayenne des manifestants aux forces de l'ordre.

"La République ne cède pas aux gens qui sont en cagoule", a-t-il affirmé ensuite en réponse à une question.

J.C. avec AFP