BFMTV

Le prince héritier d'Arabie saoudite décoré de la Légion d'honneur à sa demande?

François Hollande a décoré le prince Mohammed ben Nayef, le prince héritier d'Arabie saoudite.

François Hollande a décoré le prince Mohammed ben Nayef, le prince héritier d'Arabie saoudite. - Stéphane de Sakutin - AFP

Selon des échanges diplomatiques publiés par le magazine Causette, François Hollande a décoré le prince d'Arabie saoudite "à sa demande". Objectif: "renforcer sa stature internationale". Jean-Marc Ayrault avait, lui, évoqué une simple "tradition diplomatique".

Le 4 mars dernier, la remise en catimini par François Hollande de la Légion d'honneur au prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Nayef avait provoqué la colère de certaines associations et personnalités politiques, qui invoquaient le manque de respect du pays pour les droits de l'homme.

Désormais, l'affaire se corse pour l'Elysée. Car selon des mails diplomatiques publiés par le magazine Causette, la décoration aurait été remise à Mohammed ben Nayef "à sa demande", alors que l'Elysée évoquait une décoration "au titre de personnalité étrangère, une pratique protocolaire courante". Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères, a lui aussi parlé d'une "tradition diplomatique" et d'une cérémonie qui n'avait "rien de solennel".

"Certes, le royaume n'a pas bonne presse..."

Le magazine appuie ses déclarations sur une série de mails échangés par Bertrand Besancenot, ambassadeur de France en Arabie-Saoudite et David Cvach, conseiller de François Hollande pour le Moyen-Orient. Le premier message, daté du 2 mars, est envoyé par Bertrand Besancenot: 

"Cher David, je me permets de t’envoyer la copie jointe de la proposition de décoration pour le prince Mohamed ben Nayef. Je sais que certains s’interrogent sur l’opportunité de décorer maintenant le prince héritier, peu de temps après la campagne médiatique contre l’Arabie Saoudite en France. Certes, le royaume n’a pas bonne presse…"

Puis il poursuit: "Il me paraît indispensable de répondre à sa demande de recevoir la Légion d’Honneur, à un moment où il souhaite renforcer sa stature internationale."

La réponse du conseiller de François Hollande ne tarde pas. "Aucune raison de ne pas le faire", répond David Cvach, qui pense aussi à la communication autour de la décoration: "Il faut que ce soit discret vis-à-vis des médias mais sans dissimulation", écrit-il. Et prévient: "si on nous interroge on répondra lutte contre Daesh et partenariat économique et stratégique. Rajoutons, pour faire bonne mesure, des éléments droit de l'homme dans les éléments de langage bien sûr".

Quelques heures plus tard, la décision de François Hollande tombe: il décorera bien le prince saoudien. Et le conseiller de conclure: "c'est le moment d'acheter des actions MBN (les initiales du prince saoudien)".

A.K.