BFMTV

Hollande: "pas de changement de 1er ministre" après les départementales

Le président compte garder Manuel Valls en poste, mais n'exclut pas un éventuel remaniement ministériel.

Le président compte garder Manuel Valls en poste, mais n'exclut pas un éventuel remaniement ministériel. - Thomas Samson - AFP

Le président estime que "les Français ne comprendraient pas" un changement de politique ou de Premier ministre. François Hollande estime que "les indicateurs économiques passent au vert", dans un entretien accordé à Challenges.

C'est déjà décidé: quel que soit le résultat des élections départementales à la fin de ce mois de mars, le président de la République ne changera "ni de ligne, ni de Premier ministre", a-t-il déclaré dans un entretien accordé à Challenges et paru ce mercredi.

François Hollande estime que la politique qu'il mène avec Manuel Valls "commence à porter ses fruits", et que les Français ne "comprendraient pas" un changement majeur.

"Le FN est en position d'accéder au pouvoir"

Le chef de l'Etat loue également "l'énergie précieuse" de Manuel Valls, et assure qu'il "ne doute pas de sa loyauté". Alors que les élections départementales s'annoncent désastreuses pour le Parti socialiste, les 22 et 29 mars prochains, le Président tient bon face aux députés frondeurs de son parti, qu'il reçoit ce mercredi soir à l'Elysée.

Il prend également la défense de son ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, "gentil, gai", et "imaginatif", même s'il se demande s'il "fera de la politique un jour".

François Hollande n'exclut pas pour autant un remaniement ministériel pour ressouder la gauche. Il partage le diagnostic de Manuel Valls: "Le FN est en situation d'accéder au pouvoir", estime-t-il. Selon lui, "la gauche doit éviter la dispersion" pour lui faire face.

Cécile Duflot, "intelligente" mais suicidaire

Mais le président insiste également sur la nécessité de continuer les efforts budgétaires. Difficile, donc, d'ouvrir la porte à la gauche de son parti et aux écologistes, qui réclament des projets ambitieux... Et coûteux.

François Hollande fait en outre entendre deux sentiments divergents vis-à-vis de son ancienne ministre EELV, Cécile Duflot: d'un côté, elle "est intelligente, elle comprendra", mais de l'autre, il s'interroge à son sujet: "On peut empêcher quelqu’un de se suicider trois fois, quatre fois, mais la cinquième peut-on encore le retenir?"

J.S