BFMTV

Hollande: le "départ" de Bachar al-Assad posé à un moment ou un autre dans la transition"

François Hollande, le 7 septembre 2015 lors de sa conférence de presse

François Hollande, le 7 septembre 2015 lors de sa conférence de presse - Bfmtv

François Hollande a jugé lundi que "le départ de Bachar al-Assad est à un moment ou un autre posé dans la transition" en Syrie. "Rien ne doit être fait qui puisse consolider ou maintenir Bachar al-Assad.

Le départ de Bachar al-Assad est à un moment ou un autre posé dans la transition, et c'est ce que nous devons faire pour qu'il puisse y avoir le rassemblement des Syriens sur une base démocratique, pour trouver un avenir à ce pays martyr", a affirmé le chef de l'Etat , lors de sa conférence de presse semestrielle à l'Elysée.

M. Hollande, qui avait jugé "indispensable" la neutralisation de son homologue syrien fin août, a été invité à préciser le sens de ce terme. "Bachar al-Assad, est-ce que je dois le rappeler, c'est lui qui est responsable de la situation en Syrie, c'est lui qui lorsqu'il y a eu des manifestations, a tiré sur son peuple, c'est lui qui a bombardé des populations civiles, c'est lui qui a refusé toute discussion avec ses opposants, quand ils n'étaient pas enfermés ou tués", a soutenu M. Hollande.

"Nous l'avons toujours dit, la solution ne peut pas passer par le maintien de Bachar al-Assad à la tête de la Syrie", a martelé le locataire de l'Elysée. "La transition politique, à un moment ou un autre, c'est le départ de Bachar al-Assad et la constitution d'un gouvernement d'union très large, sans bien sûr les groupes terroristes.

C'est la position que nous voulons faire partager, aux Russes, aux Iraniens, puisque les Iraniens sont revenus dans le jeu diplomatique, notamment après l'accord qui est passé", a dit souhaiter le chef de l'Etat.