BFMTV

Hollande et Merkel à Strasbourg: une prise de parole aussi symbolique que périlleuse

François Hollande et Angela Merkel vont s'exprimer conjointement, ce mercredi, devant le Parlement européen à Strasbourg.

François Hollande et Angela Merkel vont s'exprimer conjointement, ce mercredi, devant le Parlement européen à Strasbourg. - BFMTV

François Hollande et Angela Merkel vont s'exprimer conjointement, ce mercredi, devant le Parlement européen à Strasbourg. Une première pour le couple franco-allemand depuis 1989, quand il était alors incarné par François Mitterrand et Helmut Kohl. Tout un symbole, alors que l'UE fait face à de profondes divisions. Comme à l'époque.

"Une visite historique dans une période historiquement difficile", c'est par ces mots que Martin Schulz, l'actuel président du Parlement européen, a qualifié il y a quelques jours l'événement qui se déroule ce mercredi: la prise de parole conjointe de François Hollande et Angela Merkel devant la représentation de l'Union européenne (UE) à Strasbourg.

Un rendez-vous hautement symbolique, car c'est une première pour le couple franco-allemand, depuis François Mitterrand et Helmut Kohl, en novembre 1989. Plus qu'une image forte, les enjeux sont nombreux.

Un contexte particulièrement lourd pour l'Europe

Près de 26 ans après la première allocution commune d'un président de la République française et d'un chancelier allemand, le discours d'aujourd'hui va s'inscrire dans un contexte lourd pour l'Europe: le conflit en Ukraine, la Syrie, la crise en Grèce, la délicate question de l'accueil des réfugiés, et la menace terroriste toujours plus pesante auront évidemment une place importante dans les mots qui s'apprêtent à être prononcés.

Une situation tout aussi délicate que celle vécue à la fin 1989, alors que le mur de Berlin venait tout juste de s'effondrer, et que les révolutions à l'Est se multipliaient. Provoquant ainsi l'arrivée de nombreux migrants.

"Le parallèle avec 1989 est très pertinent car l’Europe traverse actuellement une crise au moins aussi importante", note à ce titre Hélène Miard Delacroix, professeur à l’université Paris IV Sorbonne et spécialiste des relations franco-allemandes. "Or c’est dans ce genre de conjoncture que l’Union a montré qu’elle pouvait faire un grand saut", analyse-t-elle, interviewée par nos confrères de 20 minutes.

Objectif: renforcer l'Europe

Déjà à l'époque, l'allocution de François Mitterrand avait pour objectif de "renforcer l'Europe", qui n'était alors composée que de douze pays. En 2015, le but affiché de de cette nouvelle action commune du couple franco-allemande n'est guère différente, tant les Européens, désormais à 28, semblent plus divisés que jamais.

Plus que de présenter de nouvelles initiatives franco-allemandes, François Hollande et Angela Merkel auront à coeur d'intervenir ensemble à un nouveau moment clé de l'histoire de l'UE. Selon les indiscrétions de BFMTV, le message très politique se résoudra à consolider l'Europe. "Les dirigeants européens perçoivent un ébranlement des certitudes au sein des populations. Dans ce contexte, il est important de soigner l’image du couple franco-allemand qui a l’image d’un élément rassurant, pacificateur et constructif", analyse encore Hélène Miard Delacroix, toujours auprès de 20 minutes.

Une mission risquée

Une mission d’ores et déjà périlleuse, tant l'auditoire qui attend le binôme Hollande-Merkel s'annonce hostile: les députés d'extrême droite et eurosceptiques, à l'instar du Front national, ayant fait une véritable percée au sein du Parlement de Strasbourg à la suite des dernières élections européennes en mai 2014.

Mais aussi parce les deux chefs d'Etat devront parler d'une seule même voix. Toujours compliqué, surtout en matière d'économie, où les deux pays ont des visions bien différentes.

dossier :

Angela Merkel

Jé. M.