BFMTV

Hollande change de stratégie et veut viser Juppé

François Hollande le 6 octobre 2016 lors d'un discours à l'hôtel de Lassay, à Paris.

François Hollande le 6 octobre 2016 lors d'un discours à l'hôtel de Lassay, à Paris. - Stéphane de Sakutin - AFP

Le chef de l'Etat veut s'attaquer aux questions économiques et sociales, et va concentrer davantage ses attaques sur Alain Juppé, qui devance Nicolas Sarkozy dans les sondages.

François Hollande change son fusil d'épaule. Devant des sondages qui restent trop timides et une courbe du chômage qui ne s'inverse pas, le chef de l'Etat, qui ne devrait officialiser sa candidature qu'en décembre, a choisi une nouvelle stratégie. Terminées, les propositions sorties du chapeau qui entretiennent la confusion sur le calendrier de leur application. Désormais, le chef de l'Etat veut ouvrir une "nouvelle séquence".

> Défendre son bilan

Ces prochains jours, on le verra donc privilégier la défense de son bilan. La semaine prochaine, il va donner une interview qui se veut "fondatrice" à L'Obs. Outre le bilan de son quinquennat, il devrait également évoquer les sujets qui ont fâché la gauche: la fiscalité, le pacte de responsabilité mais aussi la déchéance de nationalité. L'objectif: se réconcilier avec un électorat tenté de bouder le chef de l'Etat s'il devait être candidat à la présidentielle.

> Cibler Juppé

Pour mieux se rapprocher de sa gauche, François Hollande a aussi décidé de changer de cible. Après un discours de Wagram centré sur Nicolas Sarkozy, c'est cette fois à Alain Juppé que le chef de l'Etat a décidé de s'attaquer. "Vous n'entendrez plus parler de Sarko, c'est fini. On a fait ce qu'on pouvait!", lance un responsable socialiste, cité par L'Opinion.

Les sondages ont parlé, et l'avance prise par Alain Juppé sur l'ancien Président dans les sondages pour la primaire de droite a convaincu les proches de François Hollande de privilégier les attaques contre lui. Cette stratégie devrait lui permettre de rester présent pendant les débats de la primaire de droite. Au passage, elle sera également un moyen de marcher sur les plates-bandes d'Emmanuel Macron, dont les apparitions publiques sont observées de près et avec méfiance par l'Elysée.

> Parler social

Enfin, après un discours expédié sur les institutions jeudi soir à l'hôtel de Lassay, c'est désormais sur le terrain économique et social que veut marcher François Hollande. "Ce qui prend aujourd'hui ce sont les sujets économiques et sociaux (…) Les institutions il sera toujours temps d'en parler pendant la campagne", glisse un participant au dîner qui réunit chaque mardi soir les principaux responsables de la majorité autour du Président. Il s'agit surtout d'éviter un sujet déjà commenté longuement par Emmanuel Macron lors de son meeting strasbourgeois. 

Pour "répondre à la droite" sur le terrain économique et social, les proches de François Hollande souhaiteraient le faire parler devant un cercle plus large que celui du PS. Pourquoi pas devant des syndicalistes? Ce nouveau discours pourrait avoir lieu au Conseil économique, social et environnemental.

Ariane Kujawski