BFMTV

Hausse du Smic, baisse des taxes: comment l'exécutif peut sortir de la crise

Les proches du président confient à BFMTV que celui-ci doit intervenir avec un geste fort. "Il faut un geste précis, indiscutable" jugent-ils. "Ca s’appelle un totem". Parmi ces totems, le rétablissement de l’ISF (impôt sur la fortune) supprimé il y a un an, l’augmentation du Smic et/ou la baisse des taxes.

Comment l'exécutif doit-il répondre à cette crise sociale et politique majeure? Emmanuel Macron prépare une réponse aux gilets jaunes mais pour l'instant, l'heure est encore à la réflexion et le président reste silencieux. 

Tout juste revenu du sommet du G20 à Buenos Aires, le plus haut-sommet de l'Etat s'est réuni à la mi-journée à propos des violences survenues ce samedi en plein Paris, qui ont fait 263 blessés en France. Une série de rendez-vous est déjà annoncée pour ce début de semaine.

"Répondre avec sang-froid et précision"

"Il faut répondre avec sang-froid et précision" confient des proches du président à BFMTV. "On ne peut pas avoir de réponse à côté de la plaque" reconnaît ce proche d’Emmanuel macron qui assure que le chef de l'Etat a pris la mesure de la crise, et de l’urgence de la situation. "Il est évident que les choses doivent bouger d’ici samedi" estime un visiteur du soir d'Emmanuel Macron, "en milieu de semaine au plus tard".

Plusieurs réunions sont dores-et-déjà prévues en huit-clos lundi et mardi à Matignon. Pour montrer qu'il ne fait pas la sourde oreille, le chef de l'Etat a demandé à Edouard Philippe de recevoir les différents chefs de partis politiques, les chefs de groupe à l'Assemblée nationale et au Sénat. La maire de Paris Anne Hidalgo sera la première à être reçue lundi matin, dès 8h30.

Parmi les premiers reçus ce lundi, Laurent Wauquiez, président LR attendu à 10h45, Olivier Faure, chef du PS à 10 heures et Marine Le Pen, présidente du RN attendue à 15 heures. Viendront ensuite au cours de la journée Benoît Hamon, Jean-Christophe Lagarde, David Corman, Stanislas Guérini, Nicolas Dupont-Aignan, Florian Philippot, Fabien Roussel, Franck Riester, Marielle de Sarnez. Aucun horaire n'était disponible dans l'immédiat concernant Jean-Luc Mélenchon, chef de LFI.

Matignon a aussi indiqué que le chef du gouvernement recevrait de nouveau une délégation de gilets jaunes, car celui-ci a exprimé sa volonté de nouer un dialogue avec le gouvernement. Une réunion de groupe entre députés LaREM "exceptionnelle" est également prévue mardi matin à l'Assemblée nationale en présence d'Edouard Philippe. 

Emmanuel Macron a également demandé au ministre de l'Intérieur Christophe Castaner de mener une réflexion sur une éventuelle évolution des dispositifs de sécurité pour éviter que ne se reproduisent les scènes de guérilla urbaine vécues ce week-end à Paris. 

Renouer le dialogue 

Alors pour sortir de cette crise, l'exécutif doit-il rester sur sa ligne ou reculer? Au sein de la majorité parlementaire persiste un débat entre ceux qui veulent maintenir le cap et ceux qui souhaitent lâcher du lest, et dénouer la crise en mettant en place un dialogue avec les gilets jaunes. 

En bref, une partie de la majorité est persuadée que reculer maintenant signerait la fin du quinquennat réformateur, tandis que d'autres pensent que l'exécutif n’a plus d'autre choix. 

Les proches du président confient à BFMTV que celui-ci doit intervenir avec un geste fort. "Il faut un geste précis, indiscutable" jugent-ils. "Ca s’appelle un totem". Parmi ces totems, le rétablissement de l’ISF (impôt sur la fortune) supprimé il y a un an, l’augmentation du Smic et/ou la baisse des taxes.

Camille Langlade avec Jeanne Bulant