BFMTV

EDITO – Conférence de presse d'Emmanuel Macron: "On veut qu'il renverse la table"

Emmanuel Macron doit annoncer jeudi les mesures issues du grand débat national lors de sa première conférence de presse à l'Elysée. Un exercice périlleux, prévient Christophe Barbier.

L'ancien monde est de retour à l'Elysée. Comme François Hollande et Nicolas Sarkozy avant lui, Emmanuel Macron va se livrer pour la toute première fois à l'exercice de la conférence de presse pour tenter de sortir de la crise des gilets jaunes. Lors de ce rendez-vous dans la salle des fêtes de l'Elysée où plusieurs centaines de journalistes prendront place, le chef de l'Etat doit officialiser ses décisions post-grand débat.

Baisses d'impôts pour les classes moyennes, réindexation des petites retraites, référendums locaux et "suppression" de l'ENA: les mesures qui figuraient dans le discours présidentiel annulé in extremis lundi dernier à cause de l'incendie de Notre-Dame, ont déjà été dévoilées par la presse. Charge au président de la République de réussir à "épater", à expliquer et à réconcilier, explique notre éditorialiste politique, Christophe Barbier. 

Barbier.png
Barbier.png © -

"Il doit nous épater. Rappelez-vous ce qu'on nous disait juste avant cette allocution qui n'a pas eu lieu. On disait: il va renverser la table. On veut qu'il renverse la table. C'est-à-dire changer les règles. Oui, pour les retraites, il faut un changement systémique. Oui, pour la décentralisation, il faut un nouvel acte (…) qui redonne la main aux collectivités locales mais aussi des responsabilités. Oui, pour récompenser la valeur travail, il faut penser autrement l'organisation du travail. Le président doit être, de ce côté-là, dans la révolution sinon il sera décevant".

Selon Christophe Barbier, la conférence de presse devra également être un mode d'emploi des mesures

"Dans une conférence de presse, on doit répondre à des questions sur des détails. Et le mode d'emploi, par exemple, c'est si on ne ferme pas d'écoles ou d'hôpitaux, comment fait-on pour gérer les classes creuses et fermer des classes? Comment fait-on pour gérer les services qui n'ont plus assez de patients et qui pour des raisons de sécurités doivent fermer eux aussi? De la même manière, s'il doit y avoir de nouvelles tranches de l'impôt sur le revenu, lesquelles? Pour obtenir quel but? Permettre à ceux qui ont des petits revenus d'avoir un gain de pouvoir d'achat? Permettre à ceux qui sont au chômage de rentrer dans l'emploi, sans se dire qu'avec les impôts plus les frais ils font une mauvaise affaire?

Emmanuel Macron devra enfin s'appliquer à être "rassurant" pour "refaire un collectif, une nation, un peuple qui n'est pas simplement composé de gilets jaunes d'un côté et d'anti-gilets jaunes de l'autre (…). Evidemment il faudra plus qu'une conférence de presse pour cela, mais ça commence demain (jeudi)", estime Christophe Barbier. 

"L'acte 2 du quinquennat c'est un point de départ. Ça ne peut pas être simplement la fermeture de six mois de conflit", conclut-il.

Benjamin Rieth