BFMTV

Déconfinement: les crèches, écoles et collèges accueilleront tous les élèves à partir du 22 juin

"Dès demain, en Hexagone, comme en Outre-mer, les crèches, les écoles, les collèges se préparent à accueillir à partir du 22 juin tous les élèves de manière obligatoire et selon les règles de présence normales", a déclaré Emmanuel Macron.

Pour beaucoup de foyers français, c'était l'un des points les plus attendus de l'allocution présidentielle. Crèches, écoles et collèges rouvriront pour tous à partir du 22 juin, avec "une présence obligatoire", a annoncé ce dimanche Emmanuel Macron lors d'un discours lors duquel il a fait le point sur le déconfinement.

"Dès demain, en Hexagone, comme en Outre-mer, les crèches, les écoles, les collèges se préparent à accueillir à partir du 22 juin tous les élèves de manière obligatoire et selon les règles de présence normales", a-t-il déclaré.

Pour le milieu de l'entreprise, cette annonce était également attendue. Invité ce dimanche du Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI, le patron du Medef Geoffroy Roux de Bézieux expliquait que la fermeture des écoles obligeait "les parents à rester à la maison, donc ils sont en chômage partiel, donc ils ne travaillent pas, donc on ne produit pas de richesse".

Réouverture des lycées d'Île-de-France

S'agissant des lycées d'Île-de-France, il y a aura réouverture, mais avec les règles de la zone verte: à savoir, l'obligation de faire rentrer au moins un niveau (seconde, première ou terminale). En revanche, le protocole sanitaire demeure le même. Il y aura donc maintien de l'espace de 4m2 et des petits groupes. Il y a toujours une plus grande crainte de reprise épidémique au lycée en raison du brassage plus important des élèves qui y règne. 

Pour les écoles et collèges, le protocole sanitaire va être amendé, notamment en ce qui concerne les règles de distanciation et les fameux 4m2. Ces allègements vont être discutés avec les organisations syndicales et les fédérations de parents d'élèves. Les entretiens doivent commencer dès lundi matin. 

Souplesse pour les parents, moins pour les enseignants

Les règles de nettoyages pourraient, elles aussi, être assouplies. Le port du masque devrait toutefois demeurer, de même que la logique de réduction du brassage des élèves. Il y aura donc probablement un maintien des groupes et des règles de circulation et de flux des élèves. 

Concernant le caractère obligatoire, il pourra y avoir une certaine souplesse pour les parents, contrairement aux professeurs. En effet, l'administration sera plus regardante sur les motifs de refus de reprise des enseignants en présentiel. 

Jules Pecnard avec Véronique Fèvre