BFMTV

Régionales: les professions de foi n'arrivent pas toujours à destination, le distributeur se défend

Des tracts électoraux.

Des tracts électoraux. - BFM Grand Lille

Des professions de foi des candidats sont parvenues en vrac, d'autres ont été retrouvées au sol ou dans des poubelles, notamment dans la métropole lilloise.

On les retrouve en vrac, entassés sur ou dans les boîtes aux lettres, à même le sol ou encore dans des poubelles. Ils sont parfois envoyés à la mauvaise adresse voire pas envoyés du tout, ou bien sans l'intégralité des professions de foi. Les tracts électoraux des candidats aux élections départementales et régionales sont particulièrement malmenés, à en croire les témoignages sur les réseaux sociaux, où les exemples fleurissent, notamment à Lille.

La société Adrexo, chargée de la distribution, est directement pointée du doigt. "Voilà comment les professions de foi pour les départementales ont été distribuées par Adrexo et idem dans une autre résidence. D’autres incidents dans d’autres villes", écrit sur Twitter une internaute, photo d'enveloppes jonchant le sol à l'appui. Et l'intéressée de demander au ministère de l'Intérieur s'il entend "appliquer des pénalités pour le non-respect du marché".

"Je suis inquiète parce que c'est dimanche. Je ne sais pas pour qui je vais voter", se désole une électrice sur BFM Grand Lille. "Je ne me suis pas forcément intéressé à ces élections de près en tout cas", reconnaît un autre électeur. "Comme les tracts ne m'ont pas été amenés, je ne m'y suis pas intéressé plus."

"Nous recevons quotidiennement des alertes"

Des élus se sont aussi agacés de cette situation, comme le député La France insoumise Adrien Quatennens. "Même si beaucoup ne le savent pas, les Français sont appelés aux urnes ce dimanche. Le matériel électoral, dont la distribution a été confiée à un prestataire privé, n’arrive pas. Le gouvernement avait pris des engagements. On s’étonnera encore de l’abstention", a-t-il déploré sur Twitter.

Son parti, dirigé par Jean-Luc-Mélenchon, a par ailleurs publié un communiqué à ce sujet mardi. “Depuis des semaines, nous recevons quotidiennement des alertes. Par exemple des centaines d’enveloppes contenant des professions de foi des candidats retrouvées à la poubelle, des plis envoyés sans bulletin de vote ou avec des listes manquantes”, est-il souligné.

"Très majoritairement, tout se passe très bien"

Directement sollicitée sur Twitter, l'entreprise Adrexo a indiqué qu'elle condamnait "fermement" les incidents signalés par les internautes et qu'elle menait "sans délai" des investigations "pour identifier les responsables et engager les procédures disciplinaires qui s'imposent".

Interrogée par BFM Grand Lille, la société ne fait cependant pas fait état de problèmes d'ampleur.

"Auparavant, c'était le groupe La Poste qui était l'opérateur historique, qui avait la totalité des lots. On était habitués à voir La Poste", a indiqué Alain Brousse, directeur général d'Adrexo, sur notre antenne. "Aujourd'hui, Adrexo est particulièrement observée, c'est peut-être normal, mais il peut y avoir ici ou là des incidents. Très majoritairement, tout se passe très bien."

La société assure s'être rapprochée de la préfecture pour pouvoir redistribuer les tracts qui ne sont pas parvenus à destination.

Élise Dherbomez avec Florian Bouhot