BFMTV

NKM: voter FN, "c'est rajouter du malheur au malheur"

Nathalie Kosciusko-Morizet

Nathalie Kosciusko-Morizet - Thomas Samson - AFP

Nathalie Kosciusko-Morizet, numéro deux du parti Les Républicains, a estimé vendredi, à deux jours du premier tour des élections régionales dimanche, que "prendre le risque d'avoir des régions qui basculent au Front national, c'est rajouter du malheur au malheur".

"Je le dis clairement, je crois que les Français sont exaspérés des revirements, du mensonges, du manque de ligne de François Hollande, mais je crois qu'il ne faut pas rajouter du malheur au malheur. Et pour moi voter Front national, prendre le risque d'avoir des régions qui basculent au Front national, c'est rajouter du malheur au malheur", a déclaré la députée LR de l'Essonne sur RTL

Le FN poursuit une "logique de guerre civile"

"On a vécu un grand drame (...), on ne va pas y rajouter une catastrophe politique", a-t-elle ajouté, évoquant les attentats du 13 novembre. "Voter Front national, mettre le Front national dans une région, un Front national qui tient un discours de guerre des civilisations, qui tient des propos qui sont dans une logique de guerre civile, (... ) voter pour ces gens-là, c'est quelque part faire le jeu de nos ennemis, c'est faire le jeu de ceux qui ont voulu nous frapper", a-t-elle poursuivi.

Interrogée sur la poussée du FN dans les sondages, elle a estimé que "la responsabilité, ce n'est pas de rester tétaniser devant les sondages, en attendant que ça se passe, c'est de se bouger, de se bouger tous pour que dimanche on infirme les sondages".

A.-F. L. avec AFP