BFMTV

Jean-Luc Mélenchon: "Je me sens humilié"

"Oui je me sens humilié par le premier tour mais je ne suis pas le seul", a réagi Jean-Luc Mélenchon dimanche.

"Oui je me sens humilié par le premier tour mais je ne suis pas le seul", a réagi Jean-Luc Mélenchon dimanche. - BFMTV

Jean-Luc Mélenchon a appelé dimanche à la constitution d'un "véritable front populaire" dans la perspective de la présidentielle de 2017.

"Si vous voulez savoir si je me sens humilié par ce vote, oui je me sens humilié par le premier tour, mais je ne suis pas le seul, des milliers de conscience de gauche sont humiliées", a réagi sur BFMTV Jean-Luc Mélenchon dimanche, au soir du second tour des élections régionales.

"Au moment où tout le monde fait une campagne nationale, nous avons été les seuls à faire une addition de campagnes locales", a regretté le porte-voix du Parti de gauche. Le responsable politique estime que "des fois il fait aussi savoir perdre et en tirer les leçons".

"C'est un véritable front populaire qu'il faudrait être capable de faire naître", a déclaré l'ancien candidat à la présidentielle, qui s'exprimait depuis le siège du Parti de gauche à Paris, alors que selon les premières estimations, le Front national n'a emporté aucune région.

Une "catastrophe évitée de justesse"

Critiquant une campagne "dominée de bout en bout par l'extrême droite dont les thèmes, le style, le ton ont dominé et défiguré les paroles et même les stratégies des partis de gouvernement", il s'est réjoui d'une "catastrophe évitée de justesse".

Il a estimé que le Premier ministre Manuel Valls, dont il a demandé la démission, était "responsable au premier rang de cette débandade" et a estimé que le score de la gauche avait été acquis "sous la menace et le chantage".

Là où il était présent, le Parti de gauche a opéré pour le second tour une "fusion technique" avec les listes menées par les socialistes. Ses élus ne participeront pas aux exécutifs ni aux majorités régionales.

K. L.