BFMTV

Gattaz taille en pièces le programme du FN

Le président du Medef Pierre Gattaz

Le président du Medef Pierre Gattaz - Eric Piermont - AFP

Pierre Gattaz juge que les propositions du FN sur les retraites, le Smic ou sur le retour au franc sont "l'inverse de ce qu'il faut faire pour relancer la croissance économique du pays."

Pierre Gattaz l'affirme: il ne "fait pas de politique". Mais en analysant mardi dans les colonnes du Parisien le programme économique du Front national, le président du Medef intervient forcément dans le débat public. D'autant plus que ses conclusions sont sans appel pour le parti de Marine Le Pen. Les propositions frontistes, sont "l'inverse de ce qu'il faut faire pour relancer la croissance économique du pays," selon lui, à cinq jours du premier tour des élections régionales.

"Je dis attention, car il me rappelle étrangement le programme commun de la gauche de 1981", explique Pierre Gattaz qui a reçu l'approbation du Premier ministre Manuel Valls. Le "retour de la retraite à 60 ans (Dans son programme le FN évoque le retour à quarante annuités, ndlr), l'augmentation de tous les salaires avec notamment une hausse du Smic de 200 euros, le retour au franc ou l'augmentation des taxes d'importation" sont autant de propositions néfastes pour le patron des patrons et trop peu souvent chiffrées selon les observateurs. 

"L'économie a besoin de pragmatisme, de lucidité" or "ce n'est pas un programme économique responsable", poursuit le numéro un du Medef. "Il n'est tourné ni vers l'avenir, ni vers la compétitivité." Pour ce dernier: "on ne peut pas fermer les frontières. Le monde attend la France et ce n'est pas en nous recroquevillant sur nous-mêmes que nous allons y arriver. Il s'agit de ne pas confondre les problèmes sécuritaires avec les problèmes économiques."

Mélenchon et Le Pen renvoyés dos à dos

Un avis partagé par les grands patrons du Cac 40 qui restent, selon le quotidien, "hermétiques" au Front national qui tente pourtant de les séduire par son "patriotisme économique". Même le collectif Audace à destination des jeunes patrons ou le cercle Cardinal qui entend regrouper les chefs d'entreprise derrière Marine Le Pen peinent à décoller. Et ce, même si le FN insiste sur le "nombre supérieur à la moyenne de patrons" présents sur ses listes aux régionales.

Au final, pour Pierre Gattaz, le programme économique du FN "ressemble à celui de l'extrême gauche. (...) Extrême droite, extrême gauche, c'est la même chose: Mélenchon-Le Pen, même combat. En 1981, ça nous a mis dans le mur pendant deux ans. Ne recommençons pas." 

"S'il est si sûr de lui, qu'il vienne débattre avec moi, a répondu Marine Le Pen. Mais il ne le veut pas car il n'a rien à dire et utilise des arguments caricaturaux", a-t-elle ajouté. 

Pour Pierre Gattaz, la montée du FN illustre "un malaise" que les autres partis politiques doivent comprendre. Sa solution? "Régler les problèmes de sécurité, de chômage" et "en redonnant de l'espoir aux Français".

S.A.