BFMTV
Gouvernement

Régionales: Valls appelle à la mobilisation contre le FN qui "trompe les Français"

Manuel Valls

Manuel Valls - AFP

Le Premier ministre s'est aussi "félicité" des prises de positions contre le FN du quotidien La Voix du Nord et du patron du Medef Pierre Gattaz à cinq jours du premier tour des élections régionales.

Manuel Valls a accusé mardi l'extrême droite de jouer "sur les peurs", refusant de "polémiquer" avec Marine Le Pen qui a mis en cause lundi soir la "responsabilité" du gouvernement dans les attentats de Paris. "L'extrême droite joue sur les peurs. Ces peurs sont une réalité chez nos compatriotes après ce qui s'est passé", a déclaré le Premier ministre sur Europe 1 au sujet des propos tenus la veille par la présidente du Front national.

Lors d'un meeting à Lille, la candidate du FN aux élections régionales en Nord-Pas-de-Calais/Picardie avait lancé: "A ce stade de négligence, à ce stade d'incompétence, il est au moins possible de parler de responsabilité de notre gouvernement et peut-être même, compte-tenu de l'ampleur des manquements, d'une forme, oui, de culpabilité".

Et à l'approche des régionales, Manuel Valls a appelé à la mobilisation contre le Front national, qui "trompe les Français" et "n'aime pas la France", en affirmant que le parti de Marine Le Pen "reculerait" aux élections régionales des 6 et 13 décembre si "tous les Français" allaient voter. "Chacun devra prendre ses responsabilités, à gauche comme à droite pour empêcher le FN de gagner une région", a lancé le Premier ministre.

Valls approuve Gattaz et La Voix du Nord

Manuel Valls s'est "félicité" des prises de positions contre le FN du quotidien La Voix du Nord et du patron du Medef Pierre Gattaz. Le FN est "un danger économique qui mettrait le pays par terre, qui ruinerait d'ailleurs ceux à qui le FN s'adresse, c'est-à-dire les retraités qui ont de petites pensions, les ouvriers, les jeunes qui voient leur avenir bouché", a-t-il affirmé.

"C'est une menace économique. le Front national n'aime pas la France, trompe les Français, y compris, nous le voyons bien, sur le terrorisme", a ajouté le chef du gouvernement. Le Front national "a voté contre la loi sur le renseignement (...), le Front national combat ce dispositif pour assurer davantage de sécurité sur les lignes aériennes, ce qu'on appelle le PNR", un fichier européen des données personnelles des voyageurs aériens bloqué depuis 2011 par le Parlement européen, a notamment rappelé le Premier ministre.