BFMTV

Elections régionales: des élections barométriques à portée nationale

-

- - AFP PHOTO MARTIN BUREAU

Les 6 et 13 décembre, les élections régionales s'annoncent comme une épreuve pour la majorité. Jamais une majorité au pouvoir n’est parvenue à sortir gagnante des élections régionales. Ce qui interroge sur la véritable nature de ce scrutin.

Début décembre, les électeurs seront convoqués afin d'élire leurs futurs conseillers régionaux. Sur le papier, les élections régionales doivent déterminer les futurs exécutifs des 13 nouvelles régionales françaises. Mais la nature de ces élections est ailleurs.

Comme le montre une étude d'ElectionScope, cabinet de prévision politico-économique, on peut les qualifier ces élections de barométriques. En effet, elles s’inscrivent dans la logique des élections intermédiaires.

"C’est ainsi l’occasion pour l’opposition et le gouvernement de mesurer leurs audiences respectives entre deux échéances nationales", expliquent Véronique Jérôme-Speziari et Bruno Jérôme, les deux universitaires à l'origine de l'étude.

2004 et 2010, des votes protestataires marqués

Mais ce baromètre dit-il quelque chose de l'élection présidentielle à venir? Pas si simple. Comme le soulignent les chercheurs, "les régionales de 1992 ont incontestablement annoncé la déroute des socialistes aux législatives de 1993, celles de 1998, ont en partie constitué des élections de "confirmation" après la victoire de la gauche plurielle de Lionel Jospin aux législatives de 1997."

Mais "les régionales de 2004 et 2010 organisées en milieu de mandat présidentiel furent instrumentalisées au service d’un vote protestataire marqué". Dans le premier cas, le résultat ne fut pas confirmé lors de la présidentielle de 2007 gagnée par la droite. Ce fut davantage le cas en 2012.

Des élections nationalisées

Résultat, jusqu’à présent, les régionales de mi-mandat ont plutôt constitué des élections "défouloir" avec peu de conséquences directes et immédiates pour le pouvoir en place.

"Les élections de 2015 s’annoncent précisément de cette veine", estiment les chercheurs d'ElectionScope.

Ces éléments sont largement le résultat d'élections "nationalisées". Véronique Jérôme-Speziari et Bruno Jérôme donnent plusieurs éléments à l'origine de ce phénomène: les élections régionales ont lieu le même jour dans toutes les régions, ce qui contribue à la nationalisation du scrutin, le poids des appareils nationaux est prépondérant dans les investitures régionales et "la complexité du 'mille-feuille' territorial et l’empilement des fiscalités contribuent à brouiller l’information des agents quant aux compétences des régions par rapport à celles de départements ou de l’intercommunalité par exemple".

Dès lors, "il apparaît ainsi difficile d’imaginer que les électeurs voteraient sur des critères essentiellement locaux lors des régionales", concluent les chercheurs. Et ces élections se transforment souvent en "vote sanction".

https://twitter.com/ivalerio Ivan Valerio Rédacteur en chef BFMTV