BFMTV

Bartolone et Woerth: à peine élus, ils ont déjà démissionné

Claude Bartolone, le 13 décembre 2015.

Claude Bartolone, le 13 décembre 2015. - Loïc Venance - AFP

Elus en Ile-de-France et en Nord-Pas-de-Calais-Picardie lors des élections régionales, le président socialiste de l'Assemblée nationale et le secrétaire général du parti Les Républicains ont préféré jeter l'éponge.

A peine le scrutin passé, déjà démissionnaires. Elus respectivement au conseil régional d'Ile-de-France et au conseil régional de Nord-Pas-de-Calais-Picardie dimanche, le socialiste Claude Bartolone et le Républicin Eric Woerth viennent d'annoncer renoncer à ce mandat.

Défait par sa rivale Valérie Pécresse (Les Républicains) en Ile-de-France, une région détenue depuis 17 ans par la gauche, le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone a démissionné jeudi de son mandat de conseiller régional. Jean-Paul Huchon (PS), le président de région sortant, a reçu sa lettre de démission, a appris BFMTV.

Ce désistement permet à Corinne Bord (PS), vice-présidente sortante et en 8e position sur la liste de Seine-Saint-Denis, de revenir dans l'hémicycle régional.

Valérie Pécresse prendra vendredi les rênes de la région-capitale. La séance inaugurale de la nouvelle mandature aura lieu ce vendredi à 10 heures. Jeudi matin, les élus LR ont, eux, désigné le député des Hauts-de-Seine Thierry Solère, qui était aussi tête de liste dans son département, comme président du principal groupe de la majorité avec 79 élus. Le groupe PS, qui compte 41 élus, a pour sa part élu mercredi soir son président en la personne du député de l'Essonne Carlos da Silva, qui était tête de liste dans son département.

Woerth renonce aussi

Le secrétaire général du parti Les Républicains Eric Woerth a de son côté annoncé sa démission du Conseil régional de Nord-Pas-de-Calais-Picardie dans les colonnes du Parisien/Aujourd'hui en France jeudi, quatre jours après son élection.

"Désormais secrétaire général des Républicains, j'ai aussi pour mission de construire le projet du parti. Une lourde tâche m'attend. Être vice-président au conseil régional représente quasiment un temps plein. Cela a beaucoup pesé dans ma décision", a déclaré le député-maire de Chantilly (Oise) dans un entretien mis en ligne mercredi soir.

Eric Woerth, qui devait abandonner l'un de ses trois mandats après son élection à la Région, a lui clairement expliqué qu'il s'était présenté sur la liste de Xavier Bertrand - qu'il conduisait dans l'Oise - "pour tirer cette liste et lui donner un maximum de cohérence".

"J'ai permis, avec les autres, l'élection de Xavier Bertrand, que j'ai aidé à élaborer un projet. La mission est bien remplie, je pense", a ajouté l'ancien ministre des Finances puis du Travail. Il a cependant dit n'avoir "pas envie d'abandonner Chantilly".

V.R. avec AFP