BFMTV
Présidentielle

Trois mois avant le second tour de l'élection présidentielle, que disaient les sondages?

Comment sont fabriqués les sondages?

Comment sont fabriqués les sondages? - PIERRE-OSCAR BRUNET / BFMTV

A 90 jours du second tour, BFMTV.com s'est penché sur les sondages des précédentes élections présidentielles en remontant jusqu'à 1995. IIs ont anticipé le duo sur la marche finale à trois reprises mais ont échoué deux fois.

La vérité de janvier n'est pas forcément celle d'avril. Alors que le second tour de la présidentielle de 2022 aura lieu dans exactement trois mois, l'analyse des sondages qui ont eu lieu à la même époque pendant les précédentes campagnes appelle à la prudence.

BFMTV.com revient sur ce que disaient les enquêtes d'intention de vote à trois mois de l'épilogue des précédentes élections présidentielles.

· 7 février 1995: Édouard Balladur bat largement Lionel Jospin au second tour

A trois mois du second tour de la présidentielle, c'est Édouard Balladur qui fait la course en tête avec 29% des voix au premier tour, suivi par Lionel Jospin (24%) et Jacques Chirac (16%). Au second tour, les sondages pronostiquaient une élection du Premier ministre d'alors dans un fauteuil. Début février 1995, ils le créditent de 58% au second tour contre 42% pour le candidat socialiste.

La suite sera pourtant bien différente. C'est finalement Jacques Chirac (20,84%) qui affronte au second tour Lionel Jospin (23,3%) et non son concurrent de droite, qui ne récolte finalement que 18,5% des voix au premier tour.

Le maire de Paris gagne la présidentielle au second tour avec 52,64% des voix. Longtemps très en difficulté dans les sondages, ce dernier a connu dans les dernières semaines de campagne une très forte remontée qui l'a porté jusqu'à l'Élysée.

· 5 février 2002: Jacques Chirac élu face à Lionel Jospin

À 90 jours du second tour, les sondages estiment qu'au premier tour, Jacques Chirac récolterait 28% des voix contre 24% pour Lionel Jospin, son Premier ministre d'alors. Il est suivi loin derrière par Jean-Pierre Chevènement (10%) et Jean-Marie Le Pen (8%), d'après un sondage Ipsos.

Au second tour, l'institut envisage un duel entre le président sortant et l'ancien Premier ministre. Ils récoltent respectivement 52% et 48% des intentions de vote d'après un sondage Ipsos. TNS Sofres voit, lui, les candidats au-coude-à-coude, estimant qu'ils récolteraient chacun 50% des voix.

La réalité sera toute autre: Lionel Jospin sera écarté dès le premier tour (16,18%). C'est Jean-Marie Le Pen qui accède au second tour (16,86%) et affronte Jacques Chirac (19,88%). Le président sortant est réélu très largement avec 82,21% des voix après un entre-deux tours très agité. Plus d'un million de personnes défilent le 1er mai pour dire "non" au Front national.

Lors de la campagne de 2007, ce sont Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy qui font largement la course en tête. A trois mois du premier tour, la socialiste récolte 29% des voix contre 32% pour le candidat UMP d'après un sondage IPSOS. Le centriste François Bayrou les suit, en récoltant entre 11 et 13% des intentions de vote.

Un temps en capacité de battre Nicolas Sarkozy, la candidate socialiste décroche dans les sondages du second tour dès la fin du mois de janvier. Le 5 février 2007, le représentant de l'UMP est en mesure de l'emporter au second tour avec 54% des voix.

La vapeur ne s'inverse pas pendant le reste de la campagne. L'ancien maire de Neuilly-sur-Seine l'emporte finalement avec 53,06% des voix le 6 mai, un score assez proche des intentions de vote mesurées par les instituts de sondages.

· 6 février 2012: François Hollande très loin devant Nicolas Sarkozy

Lors de la présidentielle de 2012, au début du mois de février, c'est François Hollande qui fait la course en tête au premier tour avec 29% des intentions de vote, suivi par le président sortant Nicolas Sarkozy (26%) et Marine Le Pen (19%), d'après un sondage CSA pour BFMTV.

Au second tour, Le Corrézien est crédité de 57% des intentions de vote contre 43% pour le locataire de l'Élysée le 6 février 2012.

Le second tour sera en réalité bien plus serré. François Hollande l'emporte finalement avec 51,64% des voix.

· 7 février 2017: François Fillon s'efface au profit d'Emmanuel Macron et Marine Le Pen

Quelques jours après le début de l'affaire Pénélope Fillon, la donne change dans les sondages. Jusqu'au mois de janvier, l'ancien Premier ministre caracole dans les études d'opinion en récoltant 24% des intentions de vote, talonné par Marine Le Pen avec 23%, suivie elle-même par Emmanuel Macron (16%).

Au second tour, l'avantage est très largement en faveur du candidat des LR. Il est crédité de 64% des intentions de vote contre 36% pour la candidate du Front national.

Les révélations du Canard enchaîné font chuter drastiquement la cote du candidat qui ne parviendra plus dans aucun sondage à passer la marche du premier tour. Début février, trois mois avant le premier tour, François Fillon ne récolte plus que 19% des intentions de vote contre 26% pour Marine Le Pen et 22% pour Emmanuel Macron.

Au second tour, l'ancien ministre de l'Économie est susceptible d'emporter la présidentielle avec 65% des intentions de vote contre 26% pour la candidate du RN d'après Opinionway. Le score final sera assez proche. Emmanuel Macron l'emportera à 66,1% contre Marine Le Pen.

Alors que le premier tour aura lieu le 24 avril 2022, c'est l'actuel locataire de l'Élysée qui fait la course en tête (23% des intentions de vote) alors que Marine Le Pen et Valérie Pécresse sont dans un mouchoir de poche (17%) pour accéder au second tour selon le dernier sondage Elabe pour BFMTV et L'Express.

Marie-Pierre Bourgeois