BFMTV
Présidentielle

Primaire à gauche: qui est Thomas Clay?

Thomas Clay

Thomas Clay - BFMTV

Thomas Clay, professeur agrégé de droit de 47 ans, est le grand patron de la primaire de la gauche dont le premier tour a lieu ce dimanche.

Le juriste Thomas Clay, président de la Haute autorité de la primaire socialiste élargie, aura la lourde charge ce dimanche, de contrôler, valider et annoncer les résultats d'un scrutin que beaucoup prédisent serré lors du premier tour. Il s'était préparé à "faire de la place dans (s)on agenda" lors d'un mois de janvier qu'il pressentait électrique entre les candidats.

>> En direct: les résultats du premier tour

Thomas Clay, professeur agrégé de droit de 47 ans, associé fondateur, avec Robert Badinter, d'un "cabinet de consultation juridique à destination des avocats", a finalement été rattrapé dès les fêtes de fin d'année, quand Gérard Filoche et Fabien Verdier, écartés du scrutin faute de parrainages, ont déposé des recours auprès de la Haute autorité puis du tribunal de grande instance de Paris pour contester, sans succès, leur éviction.

Chapeautant une équipe de 15 membres, Thomas Clay a aussi dû trancher en urgence sur la saisine envoyée jeudi soir par l'équipe d'Arnaud Montebourg, accusant Benoît Hamon de mener des "actes de campagne hors délai".

Des controles aléatoires

Mais sa véritable épreuve du feu est prévue ce dimanche pour s'assurer du bon déroulement dans 7.530 bureaux de vote d'un scrutin crucial pour l'avenir du camp socialiste, largement distancé à quatre mois de l'élection présidentielle. Depuis l'installation de cette Haute autorité (HAPC) début octobre, Thomas Clay a bâti un processus d'organisation précis pour le jour J, en mettant notamment en place dans tous les départements un référent qui procédera à des contrôles aléatoires.

Un mot revient chez tous les acteurs de la primaire pour décrire Thomas Clay: "consensuel", malgré sa proximité amicale avec Arnaud Montebourg dont il était le directeur de cabinet en 2011. Celui se définit comme "universitaire avant tout" se frotte depuis longtemps au monde politique. Et clin d'oeil du destin, il a fait "toute sa scolarité" avec Anne Levade, son alter ego de la primaire de la droite en novembre.

Fan de football

Il a goûté aux projecteurs médiatiques en dénonçant haut et fort la décision qui a permis à Bernard Tapie d'empocher 404 millions d'euros dans son litige face au Crédit Lyonnais. Ce passionné de ballon rond, membre de la Commission d'appel de la Ligue de football professionnel, a aussi réalisé un rêve d'enfant en défendant Michel Platini, suspendu par la Fifa.

>> Suivez notre direct sur la primaire de la gauche

S.A. avec AFP