BFMTV

Jean-Marie Le Guen ne parrainera pas Benoît Hamon qu'il juge "radicalisé"

Déjà une fronde? Jean-Marie Le Guen était l'invité ce mardi matin de RTL. Le secrétaire d'État chargé du Développement et de la francophonie a abordé la question du parrainage de Benoît Hamon par les élus socialistes. Et selon lui, pas question de soutenir le candidat officiel du PS pour la présidentielle.

"Dans l'état actuel des choses, moi et des dizaines et des dizaines d'autres parlementaires, nous ne pouvons pas donner notre parrainage à Hamon", a-t-il assuré.

"Il faut qu'il rectifie l'orientation de sa campagne, il ne peut pas s'adresser simplement à 20% des Français qui (...) sont sensibles à des thèmes d'une gauche radicalisée. On est dans une élection présidentielle, il est le candidat d'un parti de gouvernement, nous ne sommes pas un parti altermondialiste là pour mener la contestation sociale. Le Parti socialiste, c'est une gauche de responsabilités qui a vocation à gouverner la France sur une base réformiste, pas sur une base de rupture."

Jean-Marie Le Guen a invité le candidat socialiste à opter pour "une autre stratégie politique". "Le programme de Benoît Hamon est un programme de rupture avec sa famille politique, c'est un programme d'une gauche radicalisée", a insisté Jean-Marie Le Guen, également conseiller de Paris. Et a estimé que Benoît Hamon était "dans une impasse".

Il faut que Benoît Hamon "se reprenne"

Pour Jean-Marie Le Guen, il faut que Benoît Hamon "se reprenne" pour "revenir à ce qui est la logique du social-réformisme", dénonçant notamment son engagement à sortir du nucléaire à l'horizon 2025 - mesure de l'accord signé avec l'ex-candidat écologiste Yannick Jadot.

Le secrétaire d'État chargé du Développement donnera-t-il son parrainage à Emmanuel Macron? Jean-Marie Le Guen a botté en touche.

"Je suis dans ma famille politique, j'essaie aujourd'hui de peser pour que le courant dans lequel je m'identifie (...) soit représenté dans cette élection."

Benoît Hamon devra-t-il se désister en faveur d'Emmanuel Macron s'il ne remonte pas dans les sondages et s'il ne semble pas à même d'être présent au second tour de la présidentielle?

"Le rapport de force dans notre pays c'est de savoir si madame Le Pen peut être élue. Je dis que tout doit être fait pour qu'on se donne les moyens de battre madame Le Pen à cette élection. Et donc il faudra effectivement, pour les uns et pour les autres, savoir se poser les questions à la hauteur des défis réels de l'Histoire."
Céline Hussonnois-Alaya