BFMTV

Hauts-de-Seine: les postiers menacent de ne pas distribuer les plis électoraux

Les postiers dans les Hauts-de-Seine menacent de ne pas distribuer les plis électoraux.

Les postiers dans les Hauts-de-Seine menacent de ne pas distribuer les plis électoraux. - Mychele Daniau - AFP

Les professions de foi des candidats à l'élection présidentielle pourraient ne pas être distribuées dans les boîtes aux lettres des Hauts-de-Seine. Les postiers du département protestent contre la suppression d'un forfait qui leur était habituellement versé pour effectuer cette tâche.

Les habitants des Hauts-de-Seine vont-ils recevoir les professions de foi des onze candidats à l'élection présidentielle? Rien n'est moins sûr, à cinq jours du premier tour du scrutin. Les postiers du département francilien menacent en effet de ne pas les distribuer en réaction à la suppression d'un forfait spécial. Ce forfait leur était traditionnellement versé pour rétribuer le travail supplémentaire effectué. Mais cette année dans les Hauts-de-Seine, les facteurs ne recevront pas ce forfait.

"On l'a appris mercredi dernier au détour d'une audience avec la direction. Comme c'est la première fois depuis 30 ans dans les Hauts-de-Seine, c'est normal que les facteurs et les factrices protestent", explique sur BFM Paris Gaël Quirante, délégué Sud-Poste 92.

"Tout travail mérite salaire"

La direction met en avant la baisse du volume du courrier engagée depuis plusieurs années et estime que la distribution des prix électoraux ne rallonge pas les tournées des postiers. Un bras de fer s'est donc engagé et les postiers réclament le retour de cette compensation financière.

"On demande que les facteurs et factrices soient payés comme depuis toujours au forfait. La Poste reçoit une dotation de l'Etat de plus de 60 millions d'euros et nous on continue à dire que tout travail mérite salaire", poursuit Gaël Quirante. 

Ils revendiquent le paiement de l'équivalent d'une vacation pour chaque tournée consacrée à la livraison des plis électoraux, soit 60 à 70 euros par facteur indique le syndicaliste. Les syndicats espèrent être reçus par la direction pour obtenir le retour du versement de leur forfait.

C. B