BFMTV

Paris: NKM ira jusqu'au terme de son mandat si elle est élue

Au cours du dernier débat entre les quatre candidats à la primaire UMP, NKM s'est engagée à accomplir "l'ensemble de son mandat" si elle est élue.

Au cours du dernier débat entre les quatre candidats à la primaire UMP, NKM s'est engagée à accomplir "l'ensemble de son mandat" si elle est élue. - -

La candidate à la mairie de Paris s'est engagée lundi soir à accomplir "l'ensemble de son mandat" si elle est élue en 2014. Ce qui exclut a priori sa candidature à l'élection présidentielle de 2017.

"Maire de Paris, je ferai l'ensemble de mon mandat." La candidate à l'investiture de l'UMP pour la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet, s'est engagée lundi, au cours du 3e et dernier débat de la primaire UMP diffusé sur I>télé, à accomplir le terme de son mandat si elle était élue maire en 2014.

Sans s'engager clairement sur la durée de son engagement pour la capitale, la candidate avait déjà par le passé indiqué que Paris était son "seul combat". Ce qui exclut a priori sa candidature à l'élection présidentielle de 2017.

Pour Chenva Tieu, ce sera NKM

Le premier tour de la primaire ouverte devant désigner le candidat de l'UMP à la mairie de Paris se déroulera de vendredi à lundi par voie électronique. Il opposera à Nathalie Kosciusko-Morizet le maire du Ier arrondissement Jean-François Legaret, le conseiller de Paris Pierre-Yves Bournazel et le conseiller régional Franck Margain, vice-président du Parti chrétien-démocrate, associé à l'UMP.

Egalement sur les rangs, le secrétaire national de l'UMP Chenva Tieu a dû jeter l'éponge vendredi, après avoir été déclaré inéligible pour un an par le Conseil constitutionnel. Il a annoncé lundi apporter son soutien à Nathalie Kosciusko-Morizet.

Une "parachutée" pour Bournazel

A plusieurs reprises, le débat a pris des allures de match entre cette dernière et Pierre-Yves Bournazel. Le benjamin des candidats, 35 ans, a notamment pointé du doigt le "parachutage" de sa rivale.

"Si c'est Nathalie Kosciusko-Morizet qui est désignée, je la soutiendrai. Mais je pense qu'il y a un autre choix. Le choix de l'enracinement, de la sincérité (...). Il faut un électrochoc pour la droite parisienne, il ne faut pas toujours les mêmes recettes, celles des parachutages ont échoué ces quinze dernières années", a-t-il estimé.


A LIRE AUSSI:

>> Paris: dernier round pour les candidats à la primaire UMP

>> Bournazel: "dans cette primaire UMP, j'ai gêné"

>> Inéligible, Chenva Tieu se retire de la primaire UMP à Paris

>> Notre dossier sur les élections municipales 2014

M. T. avec AFP