BFMTV

Paris: la mairie ferait le ménage des affiches anti-Hidalgo

Des affiches anti-Hidalgo auraient été "désaffichées" par la ville de Paris.

Des affiches anti-Hidalgo auraient été "désaffichées" par la ville de Paris. - -

Le service de propreté de la mairie a demandé à ses agents de signaler des affiches hostiles à Anne Hidalgo selon Le "Lab d'Europe 1" et "Le Canard enchaîné".

Anne Hidalgo bénéficie-t-elle du "soutien" des services de la ville pour préserver ses affiches de campagne et éviter que celles qui lui sont défavorables résistent au nettoyage des rues? Oui, selon des informations du Lab d'Europe 1 mardi et du Canard enchaîné mercredi.

Le service de propreté de Paris aurait ainsi demandé à ses agents de signaler les lieux de la ville où pullulent des affiches négatives à l'encontre de la première adjointe de Bertrand Delanoë. Des affiches jugées injurieuses où il est inscrit en-dessous d'un portrait d'Anne Hidalgo: "Derrière le sourire... la facture!".

Dans un mail intitulé "affichage sauvage" et envoyé dans le 11e, il est ainsi demandé de surveiller et même de "désafficher". L'authenticité de ces mails a été confirmée au Lab par le cabinet de Bertrand Delanoë. "Ça ne vise pas du tout uniquement Anne Hidalgo. Ce sont des mesures de lutte contre l'affichage sauvage de l'ensemble des partis politiques", explique-t-il.

L'UMP menace de saisir la commission des comptes de campagne

Dénonçant mercredi dans un communiqué "une campagne de collage sauvage" ces derniers jours dans les rues de Paris, les directeurs de campagne d'Anne Hidalgo ont pointé du doigt son coût (impression et pose) et estimé qu'il devait être intégré aux comptes de campagne de Nathalie Kosciusko-Morizet.

Cela, relèvent Rémi Féraud et Jean-Louis Missika, à partir du moment où la candidate UMP "a donné son accord même tacite et s'affiche aux côtés" de Nicolas Miguet, un homme d'affaires connu pour son combat contre le trop d'impôts à la tête du Rassemblement des contribuables français (RCF), souvent taxé de populisme. NKM a été récemment l'invitée d'une réunion du RCF.

De son côté, l'UMP parisienne a menacé de saisir la commission nationale des comptes de campagne, en reprochant aux socialistes d'utiliser les moyens de l'Hôtel de ville pour faire disparaître toute trace de cet affichage sauvage. En outre, le groupe UMP "demande au maire de Paris la saisine immédiate de l'inspection générale des services de la ville afin d'identifier clairement tous ces dysfonctionnements".

S.A.