BFMTV

Municipales: avec Agnès Buzyn, le Central Park de Benjamin Griveaux n'est pas prêt de voir le jour

BFMTV
La nouvelle tête de liste de la majorité dans la capitale souhaiterait se concentrer sur "le quotidien des Parisiens", selon ses soutiens, et laisser de côté les grands chantiers.

C'est une mesure qui avait valu de nombreuses railleries et critiques à Benjamin Griveaux lors de sa campagne pour les élections municipales à Paris. Dans son programme, l'ancienne tête de liste La République en marche proposait de déplacer la gare de l'Est, située dans le 10e arrondissement, au niveau de la porte de la Villette. Il comptait également construire un "Central Park" parisien sur l'espace libéré, au niveau des rails. Mais ce projet, sur lequel Benjamin Griveaux avait été attaqué par bon nombre de ses adversaires à la mairie de la capitale, n'est pas prêt de voir le jour.

Non seulement parce qu'il faudrait avant tout qu'Agnès Buzyn, la nouvelle tête de liste de la majorité à Paris, remporte l'élection. Mais surtout parce que l'ancienne ministre de la Santé et des Solidarité souhaite tout simplement abandonner ce projet. C'est en tout cas ce qu'elle aurait annoncé à ses têtes de listes lors d'un déjeuner mardi midi, selon plusieurs sources concordantes qui ont distillé quelques informations à BFM Paris.

Pour Buzyn, priorité au quotidien des Parisiens

Durant les quelques semaines de campagne qu'il lui reste, Agnès Buzyn souhaiterait en effet concentrer ses efforts sur la vie quotidienne des Parisiennes et Parisiens. Sécurité, propreté... Autant de sujets que la nouvelle tête de liste mettra en avant au lieu de se consacrer à "un grand chantier", comme l'a expliqué une source à BFM Paris. Pour autant, selon cette même tête de liste, l'ancienne ministre ne compte pas mettre l'écologie de côté.

Et ce recentrage sur le quotidien des Parisiennes et Parisiens semble être devenu en quelques heures le mot d'ordre des porte-drapeaux LaREM dans la capitale. 

"Son projet et son aspiration, c’est le quotidien des Parisiens. Plutôt que de se lancer tout de suite dans des grands projets urbains", a déclaré ce mardi sur BFM Paris Éric Azières, tête de liste LaREM dans le 14e arrondissement. On va finir de rénover la gare Montparnasse, la gare du Nord, et puis quand paris sera apaisé, quand on aura remis les priorités des Parisiens dans les priorités de l’exécutif de Paris, alors peut-être, on pourra rêver.”

Éric Azières a ajouté qu'à quatre semaines du scrutin, "il faut s'atteler à ce qui fait le quotidien des Parisiens, et pas partir dans des projets pharaoniques".

Même son de cloche du côté du 5e arrondissement, dont la maire sortante et tête de liste de la majorité a déclaré ce mardi sur notre antenne que les "préoccupations majeures des Parisiens et Parisiennes sont la propreté, la sécurité, le logement et la circulation". "C’est là-dessus qu'on nous demande des réponses", a assuré Florence Berthout.

Les 100.000 euros d'apport eux aussi enterrés?

Le déménagement de la gare de l'Est n'est pas le seul projet qui aurait été ajourné par Agnès Buzyn lors du déjeuner des têtes de liste. La candidate à la mairie de Paris aurait également émis des réserves sur une autre mesure très critiquée portée par Benjamin Griveaux, à savoir l'apport de 100.000 euros proposé aux classes moyennes souhaitant acheter un bien immobilier dans la capitale.

Selon une autre tête de liste, Agnès Buzyn est cependant moins opposée à cette proposition qu'au déménagement de la gare de l'Est. Elle aurait ainsi demandé une note sur ce dispositif qu'elle juge trop "compliqué et peu compréhensible".

À noter qu'Agnès Buzyn s'est entretenue lundi au téléphone avec Cédric Villani, qui n'avait jamais caché son opposition au Central Park de Benjamin Griveaux ainsi qu'au projet d'apport immobilier. Si l'ancienne ministre de la Santé a possiblement abandonné ces deux mesures pour tenter de séduire le candidat dissident, l'équipe de campagne de ce dernier assure cependant qu'un rapprochement reste pour l'instant très hypothétique. Sans pour autant exclure une alliance.

Juliette Mitoyen