BFMTV

Municipales à Paris: malgré les tensions NKM assume ses choix

La candidate UMP à la mairie de Paris dans les rues de Paris le 22 décembre 2013.

La candidate UMP à la mairie de Paris dans les rues de Paris le 22 décembre 2013. - -

Après un samedi difficile la candidate UMP à la mairie de Paris s'est exprimée sur BFMTV ce dimanche. Elle est revenue sur l'annonce d'une liste dissidente par Charles Beigbeder et le mécontentement dans les rangs de l'UDI.

NKM veut se montrer optimiste. Au lendemain de deux coups durs dans sa campagne pour les municipales à Paris - l'annonce d'une liste dissidente de droite et la colère de l'UDI qui l'accuse de ne pas respecter leur accord - Nathalie Kosciusko-Morizet tente, ce dimanche, de retrouver un peu d'unité. BFMTV a pu l'interroger.

La candidate de la droite et du centre aux municipales à Paris, a souligné dimanche avoir "tranché" dans la confection des listes de candidats, même s'il y a "quelques points de tension". Elle faisait allusion à l'annonce d'une liste dissidente de droite par Charles Beigbeder évincé de la deuxième place sur la liste de droite dans le VIIIème arrondissement, et à la colère du président de l'UDI Jean-Louis Borloo, qui l'accuse ne pas respecter l'accord UMP-UDI-Modem sur la confection des listes.

"Renouvelées et rassemblées"

"Depuis le début, je l'ai dit, je ne l'ai pas caché, je souhaite faire des listes renouvelées. Renouvelées et rassemblées. C'est-à-dire qu'on ne prend pas les mêmes qu'en 2001 et 2008, on ne recommence pas avec les mêmes partout, et on fait l'union avec les centristes dès le premier tour", a-t-elle déclaré.

"Ça crée des tensions ici ou là, je les comprends bien d'une certaine manière, mais c'est mon engagement. Je pense que c'est nécessaire pour la victoire de l'alternance et je pense que c'est aussi un gage d'une gouvernance différente à la mairie. Je ne veux pas installer un clan à la place d'un autre clan", a-t-elle lancé.

"Il y a encore ici ou là quelques points de tension, je ne doute pas qu'ils seront résolus rapidement", s'est-elle montrée rassurante.

E. M. avec AFP et Antoine Delcourt et Rémy Pin (vidéo)