BFMTV

Municipales à Marseille: face aux deux candidatures LR, Jacob appelle "au sens des responsabilités"

Le président du parti Les Républicains Christian Jacob le 21 janvier 2020 à Paris

Le président du parti Les Républicains Christian Jacob le 21 janvier 2020 à Paris - ALAIN JOCARD © 2019 AFP

La droite espère conserver la mairie, car si la coalition de gauche du Printemps marseillais compte le plus grand nombre d'élus au conseil municipal, elle n'a pas la majorité absolue à elle seule.

Qui succèdera à Jean-Claude Gaudin? Le président des Républicains Christian Jacob a appelé chacun "au sens des responsabilités" et à l'union après l'annonce ce jeudi d'une candidature LR dissidente à la mairie de Marseille, à la suite des négociations complexes pour réunir une majorité.

"J'appelle tout le monde au sens des responsabilités" dans "le dialogue et la discussion", a affirmé Christian Jacob, en soulignant qu'"il n'est pas question de faire d'alliance avec le Rassemblement national, pas plus qu'avec la France insoumise".

"On a toujours rejeté les extrêmes" et "je reste sans ambiguïté là-dessus", a-t-il ajouté, en appelant "à ce qu'on trouve une candidature d'union". "Il faut que tout le monde se rassemble", a-t-il martelé. La droite espère conserver la mairie, car si la coalition de gauche du Printemps marseillais compte le plus grand nombre d'élus au conseil municipal, elle n'a pas la majorité absolue à elle seule.

Deux candidats LR pour le poste

Un deuxième élu Les Républicains, Lionel Royer-Perreaut, a annoncé jeudi sur Facebook sa candidature au poste de maire de Marseille et son refus de soutenir Guy Teissier, à qui la cheffe de file LR Martine Vassal avait cédé sa place quelques heures auparavant.

"Je sais qu'il y a des ententes en cours avec le Front national, et je ne peux pas m'inscrire dans une stratégie d'alliance avec le Front national", a déclaré Lionel Royer-Perreaut dans un message vidéo.

Christian Jacob, qui a eu "tous les responsables marseillais au téléphone", a souligné le "sens des responsabilités" de Martine Vassal dans cette démarche.

"Il est normal, quand les résultats sont si serrés, qu'il y ait des tensions", mais "chacun doit se rendre compte de la situation dans lequel on est", a-t-il ajouté. "On peut être en situation de conserver Marseille, chacun devra pouvoir se regarder dans la glace si on échoue", a-t-il ajouté.

Le troisième tour samedi

En absence de majorité absolue à l'issue du second tour, l'élection du maire de Marseille, qui se fait par secteurs, se jouera samedi lors du conseil municipal.

Alors que la coalition de gauche compte sur 42 voix, elle devra se battre pour gagner la majorité face à LR (qui compte aussi 42 voix). Les voix des élus Rassemblement national (9) et de la sénatrice ex-PS Samia Ghali (8) sont au coeur de toutes les attentions.

M.D. avec AFP