BFMTV

5 duels à suivre au second tour des législatives

Gilbert Collard, soutenu par le FN, n'a obtenu qu'une très courte victoire face à la torera Marie Sara (LREM), dans la 2e circonscription du Gard.

Gilbert Collard, soutenu par le FN, n'a obtenu qu'une très courte victoire face à la torera Marie Sara (LREM), dans la 2e circonscription du Gard. - Pascal Guyot - AFP

La République en marche, le parti du président Emmanuel Macron, est arrivé largement en tête au premier tour des élections législatives et se dirige vers une victoire écrasante dimanche 18 juin. Si le scrutin a été marqué par une débâcle historique du PS, ainsi qu'un net revers pour la droite et le FN, quelques duels restent toutefois à surveiller dimanche prochain, en raison de leur issue incertaine.

Le second tour sera marqué par plusieurs points chauds. La République en marche (LREM) s'est nettement imposé dimanche au premier tour des élections législatives, avec 32,32 % des voix. Le parti présidentiel s'assure ainsi une très large majorité avec, selon les projections par sièges, entre 400 et 455 des 577 sièges que compte l'Assemblée nationale. Si ses rivaux LR et FN ont essuyé un revers très net, et le PS une débâcle historique, certaines victoires ne sont toutefois pas forcément acquises pour LREM. Zoom sur les duels locaux à surveiller dimanche lors du second tour.

> Dans le Gard, Gilbert Collard et la torera Marie Sara au coude-à-coude

Gilbert Collard conservera-t-il son siège? Le député sortant de la 2e circonscription du Gard, soutenu par le FN, a obtenu une très courte victoire dimanche, avec 32,27% des voix.

Sa rivale, l'ancienne torera Marie Sara, l'une des figures de la société civile investies par La République en marche, le suit en effet de très près, avec 32,16% des voix. Autrement dit, avec seulement 48 voix d'avance, la victoire de Gilbert Collard est loin d'être acquise, et dépendra des reports de voix des autres candidats. Avant le premier tour, Marie Sara avait réussi à convaincre la candidate PS, Katie Guyot, d'être sa suppléante. Arrivent derrière eux les candidats LR (Pascale Mourrut, 14,22%) et La France insoumise (Danielle Floutier, 13,07%). 

Lors de l'élection présidentielle, la candidate du FN, Marine Le Pen, s'était largement imposée dans cette circonscription. Elle y avait obtenu 40,01% au premier tour, et 55,55% face à Emmanuel Macron au second. En 2012, Gilbert Collard s'était imposé de peu, à l'issue d'une triangulaire. 

> A Marseille, duel entre Jean-Luc Mélenchon et sa rivale d'En Marche

Sauf surprise, Jean-Luc Mélenchon devrait réussir à remporter la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, dimanche prochain. L'ancien candidat à l'élection présidentielle, éliminé au premier tour avec 19,5% des voix, a remporté les faveurs des électeurs marseillais, qui l'ont plébiscité à 34,31% dans la circonscription où il se présente. Grâce à ce score, le leader de La France insoumise devance largement sa rivale Corinne Versini, candidate LREM, qui a atteint les 22,66%.

Mais si Jean-Luc Mélenchon apparaît en position favorable, les reports de voix restent toutefois incertains. Le candidat en a ainsi appelé aux électeurs du député PS sortant Patrick Mennucci, éliminé dimanche soir avec 12,4% des voix.

> A Paris, NKM saura-t-elle remonter la pente face à Le Gendre?

Parviendra-t-elle à combler son retard? Dimanche soir, la candidate LR Nathalie Kosciusko-Morizet, agressée jeudi par un homme non identifié puis hospitalisée, est apparue en mauvaise posture dans la 2e circonscription de Paris, où elle est arrivée en deuxième position avec 18,13% des voix, loin derrière Gilles Le Gendre, un candidat de la société civile investi pour LREM (41,81%). L'ancienne ministre se retrouve ainsi en ballottage défavorable, dans ce qui est pourtant l'ancienne circonscription du candidat de la droite à la présidentielle, François Fillon. 

L'ex-candidate à la primaire de la droite et du centre joue gros dans cette élection car outre son poste de députée de l'Essonne, Nathalie Kosciusko-Morizet, élue municipale dans le 14e arrondissement de Paris, pourrait aussi perdre sa place de cheffe de l'opposition à la maire PS de Paris, Anne Hidalgo.

> Dans les Alpes-Maritimes, Ciotti suivi de près par la candidate d'En Marche

Talonné dans son propre fief. Eric Ciotti, qui se représente pour la troisième fois consécutive dans la 1ère circonscription des Alpes-Maritimes, un territoire ancré à droite, n'enregistre qu'une très courte avance au premier tour de dimanche, avec 35% des suffrages, contre 32% pour sa rivale, l'avocate Caroline Reverso-Meinietti, investie par La République en marche. 

Trois petits points d'avance qui placent le député sortant en difficulté. Eric Ciotti, député depuis 10 ans, a appelé dans la soirée à la mobilisation de "tous ceux qui refusent le parti unique", pour tenter d'arracher la victoire dimanche prochain. 

> Dans le Rhône, Najat Vallaud-Belkacem distancée par LREM

Candidate dans la 6e circonscription du Rhône, l'ex-ministre de l'Éducation Najat Vallaud-Belkacem, se retrouve en ballottage défavorable. L'entrepreneur Bruno Bonnell, proche de Gérard Collomb et investi par LREM, a en effet obtenu 36,69% des voix dans ce fief historique de la gauche qui recouvre Villeurbanne, aux portes de Lyon, contre 16,54% à la socialiste Najat Vallaud-Belkacem, pourtant encore grande favorite il y a quelques mois. 

L'ancienne membre du gouvernement a appelé toutes les formations politiques de gauche à "faire bloc" autour d'elle au second tour. Peut-être pourra-t-elle compter sur les reports de voix des électeurs de La France insoumise? Le candidat du parti de Jean-Luc Mélenchon, Laurent Legendre, est arrivé troisième dimanche soir, avec 14,71% des suffrages. 

Adrienne Sigel