BFMTV

Ultime débat: Bardella accroché par l'ex-RN Philippot sur la sortie de l'euro

L'ancien bras-droit de Marine Le Pen a tenté de bousculer la tête de liste du Rassemblement national sur le sujet de la renégociation des traités européens.

De camarades à adversaires dans une même élection. Ce jeudi soir, à l'occasion de notre "Ultime débat" trois jours avant les européennes, la tête de liste du Rassemblement national, Jordan Bardella, a été mise en difficulté par Florian Philippot.

L'ancien bras-droit de Marine Le Pen, candidat défendant le "Frexit", a interrogé l'élu du conseil régional d'Île-de-France sur la question de l'euro. En amont de la dernière présidentielle, sous l'impulsion d'ailleurs de Florian Philippot, le Front national faisait de l'abandon de la monnaie unique une pierre angulaire de son programme. Une option sur laquelle le RN est définitivement revenue

"Je n'ai pas compris"

Exaltant le besoin de "patriotisme économique", Jordan Bardella a affirmé qu'il fallait "renégocier" les liens commerciaux entre États membres, afin que la France, notamment, puisse jouir d'une position plus avantageuse. Là-dessus, Florian Philippot interrompt son ancien collègue de parti: "Jordan, tu vas renégocier comment?"

"M. Philippot, vous êtes un grand pessimiste. (...) Vous vous êtes allié avec des gens au Parlement européen en 2014, qui considéraient que, ensemble, nous pouvions transformer cette Union européenne en une Europe des Nations", lui a répondu Jordan Bardella. "Non, non, à l'époque on voulait sortir", l'interrompt Florian Philippot, rappelant la position passée du RN sur la question de l'euro.

Et la tête de liste RN de tenter de poursuivre son raisonnement en citant les gouvernements italien et autrichien comme alliés essentiels dans l'axe populiste européen. Ne lâchant pas, le candidat souverainiste relance son concurrent sur ce point: "Comment on renégocie avec deux alliés sur 28? Je n'ai pas compris." 

Ironie de l'histoire: à l'âge précoce de 19 ans, Jordan Bardella s'était vu confier la fédération du FN en Seine-Saint-Denis. Doué et motivé, il avait été repéré à l'époque par un certain... Florian Philippot.

Jules Pecnard