BFMTV

Emmanuel Macron tenterait-il de rediaboliser le Front national?

Le candidat d’En Marche! multiplie depuis plusieurs jours les déplacements sur des lieux de mémoire symboliques, l’occasion pour lui de rappeler subrepticement l’histoire du FN.

Emmanuel Macron était en visite à Oradour-sur-Glane vendredi dernier, puis au mémorial de la Shoah ce dimanche. L’occasion de rendre hommage aux victimes de la déportation et de la Seconde Guerre mondiale, mais aussi de faire écho à l’histoire de l’extrême droite française dans cet entre-deux tours présidentiel.

Accusé par Marine Le Pen de récupérer politiquement le devoir de mémoire, le candidat d’En Marche! a répliqué dimanche: "parce qu’elle a dans son parti et ses membres fondateurs des gens qui le nient, voudrait-elle qu’on ne célèbre plus, qu’on n’exerce plus le devoir de mémoire ?", a-t-il critiqué.

"Madame Le Pen et les siens peuvent bien se plaindre, je ne leur céderai rien", a-t-il martelé.

"C’est une façon de rappeler l’histoire du Front national, c’est un parti qui a été ripoliné, dédiabolisé; on montre une façade souriante et amène, mais il faut savoir ce qu’est l’histoire du FN, donc évidemment, oui, il joue là-dessus”, analyse Soizig Quéméner, rédactrice en chef politique à Marianne.

Emmanuel Macron devait en outre rendre hommage ce lundi matin à Brahim Bouarram, un jeune Marocain assassiné en 1995, jeté dans la Seine par des militants d’extrême droite.
L.A., avec Gaël Giordana