BFMTV

Édouard Philippe: “On peut manifester, mais il ne faut pas faire n’importe quoi”

Édouard Philippe le 14/11/2018, invité de RTL

Édouard Philippe le 14/11/2018, invité de RTL - RTL

Le Premier ministre était l’invité de RTL ce mercredi pour s’expliquer sur la hausse du prix des carburants, alors que de nombreuses manifestations de grogne sociale sur le pouvoir d'achat sont prévues samedi à l'appel de collectifs citoyens qui se surnomment les "gilets jaunes".

Édouard Philippe a réagi ce mercredi à la mobilisation des “gilets jaunes” prévue samedi contre la hausse des taxes sur le carburant, invité à l’antenne de RTL. Le Premier ministre a annoncé que le gouvernement ne ferait pas marche arrière: “Nous n'allons pas changer de pied et renoncer. Nous allons maintenir [la hausse des prix du carburant] et rester cohérents avec les Français.

De nombreuses manifestations de grogne sociale sur le pouvoir d'achat sont prévues ce samedi, à l'appel de collectifs citoyens qui se surnomment les “gilets jaunes”. “Nous respectons évidemment l’expression du droit à manifester, a-t-il déclaré. Mais ce droit à manifester est réglementé: il ne faut pas faire n'importe quoi. On ne doit pas mettre en danger la sécurité des Français.”

"Si on ne respecte pas la loi, les sanctions seront appliquées"

Edouard Philippe a répété être “respectueux de la liberté de manifester”, tout en rappelant que “la liberté de manifester en France, elle passe par la discussion”. “Si on ne respecte pas la loi, les sanctions seront appliquées, a-t-il averti. L'entrave à la circulation, c’est sanctionné. Je dis aux Français: ‘Vous avez le droit de manifester, bien sûr, mais il faut respecter la loi’.”

De Marine Le Pen à Laurent Wauquiez, l’opposition de droite tente de surfer sur le mouvement de protestation du 17 novembre. Dans un entretien au Parisien paru ce mercredi, la présidente du Rassemblement national a annoncé avoir “le sentiment que le gouvernement souhaite que les choses dérapent”. À cela, Édouard Philippe a rétorqué que “c'est Marine Le Pen qui veut les choses dérapent”.

Marine Jeannin