BFMTV

Ecoutes: Sarkozy, son avocat et "les bâtards" de juges

Nicolas Sarkozy disposerait d'une "taupe" au sein de l'Etat, selon "Mediapart".

Nicolas Sarkozy disposerait d'une "taupe" au sein de l'Etat, selon "Mediapart". - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le site "Mediapart" affirme avoir eu accès aux synthèses des écoutes de l'ancien président Nicolas Sarkozy, qui révèlent les méthodes stupéfiantes employées par ce dernier. Nicolas Sarkozy aurait ainsi utilisé une "taupe" au sein de l'Etat pour obtenir des renseignements sur une affaire en cours.

Le feuilleton est loin d'être fini. Après le tollé ayant suivi la révélation de la mise sur écoute de Nicolas Sarkozy, voici qu’apparaissent les synthèses desdites écoutes.

Le site Mediapart, qui affirme avoir eu accès à sept d’entre elles, en publie ainsi des extraits. "Du 28 janvier au 11 février derniers, Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog ont tenté d’entraver méthodiquement le cours de la justice dans l’affaire des financements libyens et celle de ses agendas présidentiels saisis dans le dossier Bettencourt", écrit Mediapart. L’ancien président et son avocat, Thierry Herzog, seraient même allés jusqu’à simuler une conversation "normale" sur la ligne officielle de Nicolas Sarkozy, pour embrouiller les juges.

Ecoutes de Sarkozy: le rôle d'Azibert prépondérant

De même, Nicolas Sarkozy semble avoir eu un informateur l’ayant prévenu d’une possible perquisition dans l’affaire du financement présumé de sa campagne par la Libye. Une "taupe" bien en place au sein de l’Etat français, rapporte Mediapart, par qui "ils (sans d’autre précision) sont obligés de passer."

En outre, le rôle de Gilbert Azibert, magistrat à la Cour de Cassation et au cœur de l’enquête ouverte pour un présumé trafic d’influence de Nicolas Sarkozy, apparaît prépondérant.

Selon le site d’information, ce dernier informe régulièrement l’ancien chef de l’Etat de l’avancement des travaux de la Cour de cassation dans l’affaire des agendas, détenus par les juges de Bordeaux. Des juges qui, au passage, sont qualifiés de "bâtards de Bordeaux" par Thierry Herzog. Mieux, il aurait exercé un lobbying actif sur d’autres membres de la Cour de Cassation pour faire pencher la balance en faveur de Nicolas Sarkozy, qui souhaitait récupérer ses agendas.

"Le système Sarkozy est hallucinant"

Comme il fallait s'y attendre, ces révélations n'ont pas manqué de faire réagir la classe politique. En témoignent les tweets de Bruno Le Roux, le président du groupe PS à l'Assemblée, de Yann Galut, le leader du mouvement "La gauche forte", ou encore de l'ancienne ministre de l'Environnement, Corinne Lepage.

"Entraver méthodiquement le travail de la justice",enfin de "ces bâtards"...ce qui apparaît du système Sarkozy est hallucinant ! #Mediapart
— Bruno Le Roux (@BrunoLeRoux) 18 Mars 2014
Si les révélations de @mediapart sur les écoutes judiciaires de #Sarkozy sont confirmées c'est un scandale d'Etat...http://t.co/HIafhVEroF"
— Yann Galut (@yanngalut) 18 Mars 2014
En tant qu'avocate je suis honteuse et en tant que citoyenne je suis horrifiêe des écoutes #Sarkozy #HERZOG si elles sont exactes 1/2
— Corinne Lepage (@corinnelepage) 18 Mars 2014
Yann Duvert