BFMTV

Dumas sur Valls: "parler d’islamo-fascisme, un slogan pour faire de l’audimat"

Roland Dumas a fustigé lundi 15 février les mots de Manuel Valls

Roland Dumas a fustigé lundi 15 février les mots de Manuel Valls - BFMTV

L'ancien président du Conseil constitutionnel, Roland Dumas, était l'invité ce lundi matin de BFMTV et RMC.

Manuel Valls a utilisé lundi pour la première fois le terme d'islamo-fascisme après les deux fusillades de Copenhague, réplique apparente des attentats de Paris, et la profanation d'un cimetière juif en Alsace, et appelé les Juifs à rester en France.

Dumas: "il faut réfléchir un peu"

"Tout le monde exagère. Tout le monde se mêle de tout. C’est le Premier ministre qui l’a dit, donc je m’incline. Chapeau. Ceci étant il faut réfléchir un peu. Le fascisme, ce n’était pas cela", a réagi quelques minutes plus tard, Roland Dumas sur BFMTV et RMC. 

"Il ne faut pas exagérer. Il y a une sorte d’escalade. J’appelle les gens à la raison. Il faut dégonfler tout cela", a ajouté l'ancien président du Conseil constitutionnel. "Le fascisme s’est autre chose, on le sait. Ces déclarations, ce sont des slogans. C’est à celui qui trouvera le meilleur slogan pour faire de l’audimat", s'est-il encore agacé. 

Valls: "il ne faut céder ni à la peur, ni à la division"

Pour Manuel Valls, "pour combattre l'islamo-fascisme, puisque c'est ainsi qu'il faut le nommer, l'unité doit être notre force". "Il ne faut céder ni à la peur, ni à la division. Mais il faut en même temps poser tous les problèmes: combattre le terrorisme, mobiliser la société autour de la laïcité, combattre l'antisémitisme", a déclaré le Premier Ministre sur RTL.

"Il faut désormais une rupture, a-t-il poursuivi. Il faut que l'islam de France assume, qu'il prenne totalement ses responsabilités, c'est ce que demandent d'ailleurs l'immense majorité de nos compatriotes musulmans", a ajouté Manuel Valls.

https://twitter.com/helenefavier Hélène Favier Rédactrice en chef adjointe BFMTV