BFMTV
Politique

Du Nord au Sud de la France, des couacs dans l'organisation des élections

Des isoloirs (illustration)

Des isoloirs (illustration) - Joël Saget-AFP

Le premier tour des régionales et des départementales ce dimanche a connu plusieurs hics dans son organisation.

Bureaux de vote fermés dimanche matin à Marseille faute d'assesseurs, bulletins manquants près de Maubeuge: le premier tour des élections régionales et départementales a été marqué par plusieurs ratés dimanche. Du côté de Marseille, les électeurs de 34 bureaux -selon la préfecture- ont trouvé porte close à 08H00 dimanche. Une dizaine de bureaux n'a pu ouvrir qu'à 11H00, selon la mairie.

Pénurie d'assesseurs

Une électrice du XIe arrondissement, Béatrice Reinische, a fait part à l'AFP de son désarroi. "A 09H00, dans mon quartier de la Valentine, il y avait un attroupement devant le bureau, le vigile nous a dit que c'était fermé, qu'il fallait repartir, sans plus d'info". "Mon fils de 18 ans votait pour la première fois, mais il a dû partir loin de Marseille pour la fête des pères, il ne reviendra pas voter plus tard, c'est une atteinte à nos droits!", a dénoncé cette électrice.

Contactée par l'AFP, la direction générale des services de la mairie de Marseille a expliqué avoir été confrontée à "un problème de mobilisation des assesseurs: sur 481 bureaux, 40 présidents ne sont pas venus récupérer leur sacoche samedi". La mairie a procédé à des réquisitions, parmi des fonctionnaires, mais sur les 40 présidents réquisitionnés, 20 manquaient à l'appel.

La pénurie d'assesseurs a été constatée dans d'autres régions françaises: le premier adjoint au maire de Saint-Etienne, dans la Loire, Gilles Artigues, a témoigné que "les habituels assesseurs militants étaient cette année en nombre insuffisants". Grâce à une mobilisation par affichage et par SMS, une soixantaine d'assesseurs ont été recrutés, sans qui "nous ne serions pas arrivés à tenir tous les bureaux ouverts de 08H00 à 20H00".

Des bulletins manquants

Un problème qui risque de s'accentuer au second tour, estime le cabinet du maire: "Cela sera encore plus compliqué (...) pour mobiliser les assesseurs dont les candidats ne seront pas qualifiés dimanche prochain". À Cousolre, dans le Nord, c'est un autre problème qui a été soulevé: "Nous avons constaté qu'il n'y avait pas de bulletin pour la liste d'union de la gauche et des écologistes", a déclaré à l'AFP Benjamin Saint-Huile, maire socialiste de la commune voisine de Jeumont et président de l'agglomération de Maubeuge, lui-même en troisième position sur cette liste.

Selon les chiffres que nous a fournis l'institut Elabe, l'abstention était estimée à 17h à 68,5%.

R.V. avec AFP