BFMTV

Désinfection des rues, mesures pour les entreprises... Anne Hidalgo interpellée par l'opposition

Anne Hidalgo

Anne Hidalgo - BERTRAND GUAY / AFP

Dans une lettre, Marie-Claire Carrère-Gée, présidente du groupe Les Républicains et Indépendants au Conseil de Paris, a posé une vingtaine de questions à Anne Hidalgo sur la gestion de la crise épidémique dans la capitale.

Malgré la crise et la mise en pause des élections municipales, les oppositions politiques n'ont pas disparu à Paris. Des élus de la capitale demandent ainsi des comptes à la maire, Anne Hidalgo, concernant la gestion de l'épidémie de coronavirus et la poursuite de la vie politique dans la ville.

Du côté de la droite, Marie-Claire Carrère-Gée, présidente du groupe Les Républicains et Indépendants au conseil de Paris, a par exemple interpellé l'édile dans une lettre ouverte partagée sur les réseaux sociaux mardi.

Dépistage de la population, propreté des rues, continuité des transports en commun, état des réserves d'équipements de sécurité, dispositifs envisagés pour les administrés vulnérables... L'élue Les Républicains a posé plus d'une vingtaine de questions à Anne Hidalgo.

"Je vous saurais gré de bien vouloir répondre aux demandes d’information et aux propositions suivantes, sous la forme, publique, qui vous paraîtra la mieux appropriée et dans les meilleurs délais", a demandé Marie-Claire Carrère-Gée à la maire de Paris.

Le groupe PPCI réclame des aides pour les entreprises

Le groupe de centre-droit Parisiens Progressistes, Constructifs et Indépendants au conseil de Paris fait de son côté des propositions, là aussi dans une lettre publiée sur les réseaux sociaux ce mercredi.

Des suggestions principalement tournées vers l'aide aux entreprises touchées par l'épidémie. Le groupe PPCI propose par exemple "la mise en place d'un fonds de solidarité pour les indépendants, auto-entrepreneurs et PME parisiens déjà éligibles au fonds de solidarité de l'Etat", "le lancement d'une étude sur les pertes d'exploitation des entreprises parisiennes" ou encore "la mise en oeuvre de soutiens spécifiques pour les secteurs particulièrement impactés" par le coronavirus, comme la culture ou le tourisme.

Simonnet demande la tenue du conseil de Paris

Autant de questions et de propositions qui ne peuvent pour l'instant pas être débattues au Conseil de Paris, mis en pause durant ce confinement. A gauche, Danielle Simonnet a ainsi demandé la tenue de ce conseil malgré l'épidémie.

"La démocratie ne doit pas être suspendue pendant la crise historique que nous vivons avec le covid-19", a déclaré la tête de liste "Décidons Paris" aux élections municipales parisiennes.

Dans une lettre adressée à Anne Hidalgo et aux autres élu(e)s de la capitale le 26 mars dernier, la candidate France insoumise aux municipales estime qu'elle et ses collègues doivent "avoir accès aux informations sur la situation parisienne sous toutes ses dimensions, échanger sur les mesures d’ores et déjà prises et à prendre". Elle précise par ailleurs qu'une hypothétique reprise du Conseil de Paris devrait se faire en respectant les mesures sanitaires appropriées et "en format restreint ou en visioconférence".

Si le conseil ne se réunit pas en ce moment, des réunions téléphoniques quotidiennes entre les adjoints d'Anne Hidalgo, les maires d'arrondissement et les présidents de groupes du conseil de Paris ont tout de même été instaurées. 

dossier :

Anne Hidalgo

Juliette Mitoyen