BFMTV

Dérapages sur Twitter: "le cas" Son-Forget devant le bureau LREM le 14 janvier

Joachim Son-Forget - Image d'illustration

Joachim Son-Forget - Image d'illustration - Fabrice Coffrini - AFP

Le parti majoritaire n'a que très peu goûté la "grosse déconne organisée" par le député sur les réseaux sociaux.

Les dernières sorties sur les réseaux sociaux du député de la sixième circonscription des Français établis hors de France Joachim Son-Forget n'ont pas été appréciées par sa formation politique, LaREM. Ce vendredi, le patron du groupe majoritaire Gilles Le Gendre a annoncé que son "cas" sera examiné le 14 janvier par le bureau du groupe LREM à l'Assemblée nationale en vue d'éventuelles sanctions.

"Le bureau du groupe tiendra sa réunion de rentrée le 14 janvier. Le cas de Joachim Son-Forget sera naturellement à l'ordre du jour", a déclaré ce dernier, qui n'a pas détaillé les sanctions envisagées.

"Grosse déconne organisée"

La nuit passée, Joachim Son-Forget a mené sur Twitter ce qu'il a qualifié lui-même de "grosse déconne organisée." 

Déjà dans le collimateur d'une lettre d'avertissement de son parti pour des propos sexistes contre la sénatrice EELV Esther Benbassa, le député a signé durant la nuit pas moins d'une centaine de tweets assez éloignés de la réserve attendue d'un député.

Plus tôt dans la semaine, Gilles Le Gendre s'était, au nom du groupe LaREM, désolidarisé de ces insultes.

Le parlementaire, médecin de profession et représentant des Français de Suisse et du Liechtenstein, a également retweeté un grand nombre de messages le défendant, dont d'improbables comptes comme "la France avec Joachim Son-Forget" ou "Son-Forget 2022".

Hugo Septier avec AFP