BFMTV

Dépistage massif en Auvergne-Rhône-Alpes: le maire de Villeurbanne déplore l'absence de concertation

Invité de Bonsoir Lyon ce vendredi, Cédric Van Styvendael, maire de Villeurbanne, a déploré une décision prise unilatéralement par le président de la région, Laurent Wauquiez.

Le maire de Villeurbanne persiste. La campagne de tests massifs proposée par Laurent Wauquiez avant les fêtes ne le convainc pas. Invité sur BFM Lyon ce vendredi, Cédric Van Styvendael a dit s'interroger "sur la pertinence" de cette stratégie "dans une période où l'épidémie est en train de décroître".

Une décision prise sans concertation

Assurant ne pas être strictement opposé à une campagne de dépistage massif, il plaide pour appliquer cette stratégie plutôt après les fêtes de fin d'année. Les médecins "nous ont dit qu'il leur semblait judicieux de faire cette campagne dans un moment où on est plutôt sur un regain de l'épidémie", a expliqué Cédric Van Styvendael.

Le maire de Villeurbanne regrette par ailleurs une décision prise unilatéralement par Laurent Wauquiez, au risque de "générer de la confusion".

La région "s'est auto-saisie sans concertation avec les collectivités concernées et nous dit que c'est comme cela qu'il faut faire", a déploré l'élu villeurbannais, qui a signé jeudi un communiqué commun avec le maire de Lyon pour faire part de leurs doutes sur cette stratégie voulue par Laurent Wauquiez.

Batailles de conseils

Cédric Van Styvendael craint également que le comité scientifique présenté vendredi par le président de région participe "à rendre encore plus complexe les stratégies sanitaires", avec "des batailles de conseils entre le niveau national et régional".

Toutefois, si le conseil scientifique national "nous dit qu'il faut faire cette campagne, nous accompagnerons la région", a promis le maire. Mais "on ne s'auto-saisit pas de la stratégie sanitaire de ce pays".

Benjamin Rieth Journaliste BFM Régions