BFMTV

Confidences de François Hollande: les magistrats dénoncent une "humiliation"

Des propos tenus par le chef de l'Etat dans le livre Un président ne devrait pas dire ça de Gérard Davet et Fabrice Lhomme ont heurté la magistrature française. Celle-ci se dit "extrêmement déçue" d'autant plus que le président n'est pas revenu sur ses observations.

La confiance est bel et bien rompue entre le président de la République et les magistrats. Dans le livre Un président ne devrait pas dire ça de Gérard Davet et Fabrice Lhomme, François Hollande a qualifié la justice d’ "institution de lâcheté", a accusé les magistrats de "se planquer, jouer les vertueux." Le chef de l’Etat avait enfin confié que selon lui "la justice n’aime pas le politique." 

Non, François Hollande ne regrette rien

Les plus hauts magistrats du pays le premier président de la Cour de cassation, Bertrand Louvel, et le procureur général de la même instance, Jean-Claude Marin, ont immédiatement demandé audience à l’Elysée et ont été reçu le 12 octobre au soir.

Peu de choses ont filtré de cet entretien auquel participé également le Garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas, mais selon Europe 1, l’entrevue s’est déroulée dans un climat glacial. Le président n’a pas renié ses propos, se contentant de demander à être jugé sur ses actes, son respect du cours de la justice et on pas sur les déclarations incriminées.

Les magistrats ont déjà réagi

Une supplique qui ne convainc pas Céline Parisot, la secrétaire générale de l’Union syndicale des magistrats (USM), syndicat majoritaire qui avait demandé à François Hollande de revenir sur ses déclarations. Elle a réagi:

"Non, ça ne nous suffit pas. Ce qu’avait demandé l’USM hier était très clair: que ces propos soient retirés ou infirmés. Manifestement, il n’a fait aucun des deux. Nous sommes vraiment sous le choc. Ces propos sont inadmissibles d’autant plus qu’ils relèvent d’un double-discours du président de la République qui était vendredi à notre congrès et qui n’a pas du tout tenu ces propos. Il était au contraire dans le respect de l’institution judiciaire. On voit bien qu’il y a ici un décalage extrêmement important." 

Lors du congrès de l’USM du 7 octobre dernier, François Hollande avait assuré que: "Ce sont d’abord les magistrats qui font la grandeur de la justice." Un souvenir déjà douloureux pour Céline Parisot: "Malheureusement, ce n’était pas le fond de sa pensée. Nous sommes aujourd’hui extrêmement déçus. Y a-t-il eu une forme d’hypocrisie, la vérité de ce qu’il est est-elle dans ce livre? C’est vraiment regrettable, on n’avait pas besoin de ça."

Le premier président de la Cour de cassation parle d' "outrances"

Les magistrats reçus hier à l’Elysée ont pris la parole peu avant 11H à la Cour de cassation. Le premier président de la Cour de cassation, Bertrand Louvel, a ainsi commencé: "Le président de la République en exercice a laissé publier, sans les démentir, des propos où il qualifie l'institution judiciaire, institution de lâcheté." Bertrand Louvel a fait le lien entre les mots de François Hollande et la formule de son prédécesseur qualifiant les magistrats de "petits pois sans saveur": "Ces outrances renouvelées à l'encontre du corps judiciaire (...) posent un problème institutionnel".

L'entrevue n'a visiblement pas réduit le ressentiment. Les gentillesses confiés par François Hollande aux journalistes risquent d'encourager le discrédit autour de la justice en France: "Il n'est pas concevable que la charge de président de la République (...) puisse être utilisée par son titulaire pour contribuer à diffuser parmi les Français une vision aussi dégradante de leur justice."

Bertrand Louvel évoque même une "humiliation" et plaide pour que "l'autorité judiciaire s'émancipe de la tutelle de l'exécutif" via une éventuelle réforme du Conseil supérieur de la magistrature.

Les présidents de tribunaux et les procureurs rejettent en bloc 

Le procureur général Jean-Claude marin, placé directement sous l'autorité du ministère de la Justice de par sa fonction, a quant à lui estimé que "par de tels propos, le chef de l'Etat, garant constitutionnel de l'indépendance de l'autorité judiciaire semble n'en garantir ni la place ni la considération". 

Et le tollé n'en reste pas là. Les présidents de tribunaux et procureurs de la République ont rédigé un communiqué. Ils accusent les mots de François Hollande de "(porter) gravement atteinte au crédit et à la confiance que doivent avoir les citoyens dans leur justice"

Jean-Jacques Urvoas défend François Hollande 

Du côté de l'exécutif, on a voulu apaiser les choses. Le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, a déclaré que "pas un mot, pas un acte" contre l'autorité judiciaire n'avait émané de l'Elysée depuis 2012. 

L'entourage du président a quant à lui assuré: "Le président de la République doit être considéré au regard de ses actes et de ses discours publics. Il a toujours respecté l’indépendance de la justice qu’il a souhaité garantir au plan constitutionnel. Il a toujours exprimé son respect pour l’Institution et les magistrats qui la servent."

R.V