BFMTV

Christophe Castaner: "j'ai souhaité sanctionner Vincent Crase"

Également secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement, Christophe Castaner était auditionné mardi 31 juillet par la commission d'enquête du Sénat

Également secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement, Christophe Castaner était auditionné mardi 31 juillet par la commission d'enquête du Sénat - Thomas SAMSON / AFP

>> EN DIRECT - Suivez l'audition de Christophe Castaner sur BFMTV.com

Christophe Castaner est entendu ce mardi matin par la commission d'enquête du Sénat à propos de l'affaire Benalla, ex-collaborateur du président filmé en train de frapper des manifestants lors du 1er-Mai. S'exprimant en tant que délégué général de La République en marche (LaREM), il est revenu sur le cas de Vincent Crase, employé du mouvement, qui accompagnait Alexandre Benalla le jour de la manifestation.

Le délégué général a expliqué aux sénateurs avoir "été informé le 2 mai aux alentours de 18 heures" de l'existence des vidéos, par "plusieurs salariés" de LaREM qui auraient été "stupéfaits d'y voir un de leurs collègues, en l'occurrence M. Vincent Crase". Poursuivant, il a précisé que "bien que ces faits se soient déroulés en dehors du cadre de son travail à La République en marche", il avait "souhaité le sanctionner" car il considère "grave ce qu'il s'est passé".

Convoqué, Vincent Crase aurait indiqué avoir participé à la manifestation en tant que gendarme réserviste, Christophe Castaner expliquant qu'"outre la faute, il a ajouté le mensonge". Le rapport de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a en effet mis en évidence qu'il ne disposait alors d'aucune autorisation et s'était présenté "comme collaborateur de M. Benalla". Lors de son entretien, Vincent Crase aurait indiqué qu'Alexandre Benalla lui avait demandé de venir, invitation qu'il aurait acceptée.

L.D.