BFMTV

CAFE POLITIQUE - Les mots doux des Français à Hollande; Duflot envoie un policier chercher son portable

-

- - -

Tous les matins, BFMTV.com sélectionne pour vous le meilleur de l'information politique. Ce matin, décortiquage des courriers des Français à l'Elysée, Duflot et la chasse au smartphone, Morano répond à Bedos.

Les lettres des Français à Hollande

L'Elysée reçoit 800 lettres par jour. Cela fait beaucoup pour un seul homme, et rares sont les courriers qui atterrissent directement dans les mains du président. Europe 1 a eu accès à la synthèse des lettres envoyées à François Hollande en septembre.

Il s'agit d'une note très détaillée, produit de longues heures d'épluchage des courriers des Français, destinée, elle, à François Hollande en personne. Le président y trouve ainsi un thermomètre de l'opinion, car tous les sujets d'actualité sont abordés. Sujet N°1: la fiscalité! Dans leurs lettres, les contribuables ne comprennent pas l'augmentation des impôts. La sécurité occupe aussi une part importante des préoccupations: l'affaire du bijoutier de Nice et le drame de la petite Fiona sont dans tous les esprits. Les correspondants de François Hollande craignent un relâchement de la justice.

A son arrivée à l'Elysée, rappelle Europe 1, c'est François Hollande lui-même qui a demandé à ce que les notes de synthèse des courriers ne cachent rien de l'exaspération des Français. Là où Nicolas Sarkozy dépensait 2 millions d'euros par mois pour des études d'opinion, François Hollande, lui, assure n'utiliser que ces courriers pour sonder les Français. Et n'oubliez pas: si vous voulez écrire au président... c'est gratuit!

Morano déplore la "fin de carrière pathétique" de Bedos

Traitée de "salope" par l'humoriste Guy Bedos pendant une représentation de son dernier one man show, Nadine Morano a déjà fait savoir qu'elle allait déposer plainte. Mais avant que la justice ne tranche, l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy n'a pas manqué de dire tout le bien qu'elle pense de son détracteur, venu l'insulter sur se terres de Toul, une ville dont Nadine Morano est conseillère municipale.

"Comme tous les élus d’opposition, j’ai appris par la presse que le maire PS de la ville avait convié M. Bedos pour un spectacle gratuit offert à la population pour l’inauguration de la nouvelle salle municipale", confie Nadine Morano au Parisien. "C’est un choix clairement politique avec un spectacle que beaucoup d’habitants ont qualifié d’'ordurier'. Je déplore ses insultes graves, qui feront l’objet d’une action en justice de ma part. Son spectacle s’appelle 'Rideau'… Triste révérence pour une fin de carrière pathétique".

Quand Duflot remue ciel et terre... pour son portable

Cécile Duflot vous ressemble: elle n'a pas supporté de perdre son téléphone portable, et de devoir faire sans. Mais Cécile Duflot est ministre, et elle a décidé de s'en servir pour récupérer son précieux, rapporte Le Courrier de l'Ouest.

D'abord, la ministre du Logement s'est souvenu avoir égaré son smartphone le 26 septembre dernier, lors d'un déplacement à Angers, pour les Journées parlementaires d'EELV. Et il se trouve, en effet, que son téléphone a été retrouvé à l'arrière d'une voiture du cortège officiel.

Coup de chance: un fonctionnaire de la préfecture devait faire le voyage Angers-Paris le lundi suivant, le 30 septembre, une aubaine pour faire remonter le téléphone de la ministre. Mais quatre jours d'attente, ça fait beaucoup: Cécile Duflot a préféré envoyer dès le samedi 28 un policier d'élite du SPHP, le Service de protection des hautes personnalités, à la recherche de son grigri high-tech. "L'urgence primait sans doute sur la protection de la planète", persifle Le Courrier de l'Ouest.

Mardi matin, la ministre du Logement a apporté un démenti sur Twitter, évoquant "une malveillance relayée".

La fabrique de "l'info" ou comment une malveillance relayée est reprise sans la moindre verif par @Europe1 @leJDD et @BFMTV #savemymotorola
— Cécile Duflot (@CecileDuflot) October 15, 2013

Mise à jour: contacté mardi matin par BFMTV.com, l'entourage de la ministre confirme qu'un officier a effectué un aller-retour Paris-Angers pour récupérer le portable de Cécile Duflot, "mais sur ses heures de travail", en insistant sur le fait qu'"un portable de ministre contient des informations sensibles". "La malveillance" évoquée par la ministre ne concerne donc que les allusions au bilan carbone généré par cet aller-retour -sensible là aussi, pour une ministre EELV. Son cabinet précise que l'aller-retour a été effectué en TGV, et avec une carte de transports forfaitaire, autrement dit sans surcoût.

FN: Bartolone fait la leçon à Hollande

Décidément, Claude Bartolone n'a pas l'intention de faire la révérence à François Hollande. Le président de l'Assemblée nationale lui fait savoir qu'il ne partage pas son analyse de la victoire du FN à Brignoles, rapporte L'Express.

En voyage officiel en Afrique du Sud, François Hollande a affirmé que face au FN, "la seule obligation que nous avons c'est d'obtenir des résultats, sur l'emploi, la croissance, la sécurité. Obtenir des résultats, c'est une obligation".

Condition nécessaire, mais pas suffisante, rectifie Claude Bartolone: "Si on est là simplement pour dire on va améliorer la situation économique et on en reste là, ça ne suffit pas", a-t-il déclaré à la presse. "On n'est pas là simplement pour être les mécaniciens de la chose économique", a-t-il ajouté. "Il ne faut pas exagérer ce que représente la victoire [du FN] sur ce canton, mais il ne faut pas la sous-estimer non plus".

Un village de Roms dans le 16e? "Pourquoi pas", répond Ayrault

Gonflée ou provoc', la proposition du Front de Gauche? Plusieurs élus parisiens du parti de Jean-Luc Mélenchon veulent soumettre un voeu au Conseil de Paris pour la création d'un village d'insertion de Roms... dans le 16e arrondissement, autrement dit en plein coeur des quartiers chics de la capitale.

En déplacement à Bondy, en Seine-St-Denis, Jean-Marc Ayrault n'y a pas paru hostile, bien au contraire. Interrogé sur cette idée, le Premier ministre a lancé "Pourquoi pas? Pourquoi pas? (...) Il n'y a pas de raison [de ne pas le faire] si les conditions d'accompagnement sont réunies".

Alexandre Le Mer